Assises des Outre-mer, sargasses, chlordécone, CHU de Guadeloupe, Guyane et Mayotte : Annick Girardin fait le point d’une « semaine intense »

No Comment

©Outremers360

Lors d’une conférence de presse organisé au ministère des Outre-mer ce jeudi 19 avril, la ministre des Outre-mer a fait le point sur une « semaine intense en échanges, en solutions, en envie partagée d’avancer ». Annick Girardin est notamment revenue sur les différentes réunions sur les sargasses, le chlordécone, le CHU de Guadeloupe, l’Accord de Guyane et le plan de rattrapage de Mayotte, mais surtout sur le calendrier final des Assises des Outre-mer.

« On a une opportunité unique, grâce aux Assises des Outre-mer, de remettre à plat certains dispositifs, d’améliorer la façon de travailler entre la Métropole et les territoires et de co-construire sur des bases saines l’avenir des territoires d’Outre-mer. Il est important de le faire maintenant pour pouvoir dérouler sur ce quinquennat l’ensemble des mesures qui seront mises en place », a déclaré Annick Girardin lors de ce point presse. Pour la ministre des Outre-mer, « le pari de la mobilisation est gagné ». Les phases de consultation sur les territoires ultramarins auraient mobilisé 25 000 ultramarins, sur une population totale d’environ 2,7 millions de personnes. Mais Annick Girardin n’en démord pas, « c’est inédit » pour ce type de consultation. En outre, 2 000 projets sont parvenus au Ministère des Outre-mer lors de ces Assises. « Ça montre que les Ultramarins ont envie de s’associer aux décisions qui les concernent. Ça montre aussi que les Outre-mer sont des terres d’innovation et d’excellence ».

Des indicateurs « simples et accessibles » pour le suivi des mesures

« J’ai décidé que l’ensemble des projets, du plus simple au plus complexe, du plus modeste au plus ambitieux, du plus classique au plus original, tous seront consultable sur le site des Assises. Cette matière, je dois la partager. Tous méritent d’être connus. Tous les projets ne seront pas mis en œuvre mais tous méritent d’être petit à petit partagés », assure-t-elle. « Un certain nombre de projets vont figurer dans le Livre Bleu Outre-mer et les mesures seront déployées à court, moyen et long terme. Il permettra d’alimenter les plans et les contrats de convergence qui avaient déjà été prévus par la loi EROM. Les autres projets seront mis à disposition du public, des entrepreneurs, des élus, de la société civile », indique également la ministre qui souhaite que « des indicateurs accessibles et simples soient mis en place pour évaluer l’avancée des mesures contenues dans le Livre Bleu Outre-mer ».

Remise du Livre Bleu au Président de la République prévue pour fin juin

Ce Livre Bleu Outre-mer, réalisation finale des Assises basée sur le rapport de Thierry Bert, rapporteur des Assises. Une fois achevé, ce Livre Bleu Outre-mer sera remis au Président de la République pendant « la dernière semaine de juin ». Entre la remise du rapport, la rédaction du Livre Bleu et sa remise à Emmanuel Macron, un « conseil interministériel à l’Outre-mer » pourrait avoir lieu sous la présidence du Premier ministre Edouard Philippe. « Les lauréats du concours projets outre-mer seront dévoilés dans la foulée », a également indiqué la ministre.

Lors de ce point presse, Annick Girardin est également revenu sur une semaine chargée en entretiens avec les élus ultramarins, « sur les sujets importants qui reviennent régulièrement dans l’actualité des territoires d’Outre-mer, souvent sources d’incompréhension entre le gouvernement, les élus locaux et les populations » : « les sargasses, le CHU de Guadeloupe, les pollutions à la chlordécone, la question plus générale des aides économiques aux entreprises et territoires, la relations entre l’Union Européenne, les PTOM et les RUP, l’avancée de l’Accord de Guyane, l’avenir de Mayotte, tous les sujets qui ont fait l’objet des réunions de travail cette semaine avec l’ensemble des parlementaires et exécutifs des territoires ».

La ministre a salué des élus venus « partager leurs difficultés et leurs solutions, à la fois avec l’Etat mais aussi avec les élus des différents territoires. Sur chacun des sujets, nous avons une méthode, un calendrier et une vraie envie d’avancer ensemble ». « Le Ministère des Outre-Mer ne doit pas être un Ministère de la succession des crises (…). Une urgence ne doit pas en chasser une autre », a-t-elle insisté. Annick Girardin doit notamment se rendre à Mayotte à la mi-mai. Et sur le déplacement du Président de la République en Nouvelle-Calédonie, la ministre des Outre-mer a indiqué que le programme  n’était pas encore finalisé, notamment sur sa participation, ou pas, aux commémorations du drame d’Ouvéa, le 5 mai, dans la province des Îles Loyauté.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

ARTICLES POPULAIRES