Territoriales en Polynésie : La République en Marche va soutenir Edouard Fritch

No Comment

©DR

Actuellement en Guyane pour soutenir le candidat à la Législative partielle, Lénaïck Adam, Christophe Castaner, Délégué général de La République en Marche (LaRem), devrait annoncer, ce mardi, le soutien officiel du parti d’Emmanuel Macron au Tapura Huira’atira, parti du Président polynésien Edouard Fritch, pour les Territoriales en Polynésie.

Selon la Dépêche de Tahiti, Christophe Castaner aurait pris cette décision jeudi, avant une officialisation ce mardi. Il s’agit plus précisément d’un soutien officiel, mais pas d’investiture. La position du parti d’Emmanuel Macron pour ces élections locales était très attendue. Heimana Garbet, qui fut le représentant officiel de LaRem lors de la Présidentielle et des Législatives, a été écarté du parti en raison d’un rapprochement avec un ancien maire condamné, Bruno Sandras. Ces derniers se sont rapprochés de l’ancien Président de la Collectivité, Gaston Flosse, toujours pour les élections territoriales qui auront lieu les 22 avril et 6 mai prochain. Tauhiti Nena, ancien indépendantiste proche d’Oscar Temaru et fondateur du Tau Hoturau, espérait également recevoir le soutien officiel de La République en Marche pour ces Territoriales.

Finalement, c’est vers le parti d’Edouard Fritch, le Tapura Huira’atira (autonomiste), que semble pencher La République en Marche. Ce soutien va-t-il avoir une incidence sur la composition de la liste du Tapura pour les élections territoriales, qui doit être annoncée le 17 mars prochain ?, s’interroge La Dépêche de Tahiti. La République en marche a beaucoup insisté sur l’exemplarité : pas de candidats ou de ministres ayant fait l’objet de condamnations, et démission à la moindre mise en examen, ajoute le quotidien. Or, bon nombre de membres du Tapura Huira’atira ont fait l’objet de condamnations définitives, à commencer par son Président-fondateur Edouard Fritch, condamné à verser une amende de 2 millions de Fcfp (environ 16 760 euros) pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire Radio Ma’ohi.

Lors de l’élection Présidentielle, Edouard Fritch avait appelé à voter en faveur du candidat Macron au second tour. Gilda Vaiho, ancienne proche de Gaston Flosse et aujourd’hui membre de droit au Conseil de la République en Marche, a salué ce soutien pas encore officialisé et a apporté le sien au parti du Président polynésien.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment