Politique en Nouvelle-Calédonie: Le Député Philippe Dunoyer craint « deux traitements différents » pour l’inscription automatique des natifs sur les listes électorales

No Comment

©Outremers360

En déplacement à Paris, le député de la 1ère circonscription de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Dunoyer a accordé une interview exclusive à la rédaction d’Outremers360. Au programme du parlementaire : une semaine de rentrée chargée en entretiens, autour surtout de l’inscription automatique des natifs de Nouvelle-Calédonie sur les listes électorales, générales et référendaires. Le Conseil d’Etat est attendu, le 7 septembre, sur un avis concernant ce « dossier sensible ».  Il aborde également le prochain Comité des Signataires, le déplacement officiel du Premier ministre en décembre, l’élection du Président du gouvernement calédonien en suspens ou encore, les relations avec les indépendantistes.

« Mon déplacement s’inscrit dans le cadre du dossier des inscriptions automatiques des natifs sur les listes électorales », explique le député Philippe Dunoyer (Les Constructifs). Cette semaine, le député aura donc plusieurs entretiens avec les Conseillers du Ministère des Outre-mer, de Matignon mais aussi de l’Elysée, « pour leur exposer les tenants et les aboutissants de ce dossier (…) sensible, important ». Sur ce dossier, qui reviendra très certainement au prochain Comité des Signataires des Accords de Matignon et Nouméa, le Conseil d’Etat doit rendre son avis, éminemment attendu par les Calédoniens. Il s’agira notamment de savoir si l’inscription automatique des natifs de la Nouvelle-Calédonie, sur les listes électorales référendaires, est acceptable au regard de la Constitution.

Cet avis « est d’abord issu d’une demande politique, (…) qui a été émise par les partenaires politiques au dernier Comité des Signataires » explique Philippe Dunoyer, membre du parti Calédonie Ensemble. « Ce qui nous inquiète, c’est qu’en Nouvelle-Calédonie (…), on a entendu la perspective que le Conseil d’Etat pouvait proposer une inscription automatique sur les listes générales seulement. Si tel devait être le cas, ce serait une vraie catastrophe », alerte-t-il. Les listes générales doivent servir de base aux listes référendaires. Philippe Dunoyer explique : « à partir de cette liste générale, pour aller sur la liste référendaire, on aurait deux traitements différents : un traitement automatisé (…) pour les personnes de statut coutumier et un traitement non-automatisé pour les autres ». « C’est exactement le contraire de ce que, politiquement, on a demandé. On a voulu un traitement homogène et ce qu’on voudrait c’est que le Conseil d’Etat nous explique comment faire pour que ce traitement homogène soit garanti du début à la fin », affirme le député, qui a l’intention de défendre ce message lors de ses différents entretiens cette semaine. « Il faut que cet avis ouvre des perspectives, ouvre des pistes », défend Philippe Dunoyer.

En décembre 2017, dans la foulée du prochain Comité des Signataires, le Premier ministre Edouard Philippe se rendra en Nouvelle-Calédonie, un an avant le référendum de 2018. « C’est un déplacement particulièrement important » assure le député, soulignant la sensibilité du Premier ministre au dossier calédonien : « il y avait participé, un temps. Il s’y était beaucoup intéressé » raconte le député qui confie que la Nouvelle-Calédonie était « une des raisons » qui aurait poussé Edouard Philippe à accepter la fonction de Premier ministre. « C’est un signe très fort pour l’implication de l’Etat, qui est le troisième partenaire, dans la réussite de nos discussions ». Si le principal dossier abordé par le Premier ministre sera celui du référendum, Philippe Dunoyer n’exclut pas d’autres annonces lors de son déplacement officiel.

Philippe Dunoyer a annoncé la venue en Nouvelle-Calédonie, du 7 au 14 septembre, d’Olivier Serva, député de la Guadeloupe et Président de la Délégation Outre-mer, dans le cadre du Budget et de la loi de Finances. « Il faut s’assurer que la période de restriction budgétaire (…) ne concerne pas la Nouvelle-Calédonie, (…) très sensible aux transferts de l’Etat ». Dans l’interview ci-dessous, Philippe Dunoyer aborde également avec Outremers360, l’élection du Président du gouvernement calédonien, qui reste en suspens en raison de l’abstention d’un des membres du gouvernement, des relations avec les Indépendantistes quelques mois après les Législatives et des dossiers qu’il compte porter lors de son mandat de député comme celui de la continuité territoriale.

Interview complète du député de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Dunoyer:

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment