Référendum en Nouvelle-Calédonie : Les indépendantistes favorables à l’inscription automatique de tous les natifs calédoniens

No Comment

©Marc Le Chelard / AFP

Le FLNKS (Front de Libération national Kanak et socialiste) s’est dit favorable à l’inscription automatique sur la liste générale de 2018 de tous les natifs de la Nouvelle-Calédonie, rapporte Nouvelle-Calédonie 1ère. De son côté, Les Républicains Calédoniens, parti issu de la droite calédonienne et opposé à l’indépendance, souligne une « situation risquée pour ceux qui souhaitent le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France ».  

La question des listes électorales sera sans conteste le sujet épineux du prochain Comité des Signataires des Accords de Matignon et Nouméa, qui aura lieu en octobre prochain. Avant ce rendez-vous institutionnel, le Conseil d’Etat devra rendre son avis sur l’inscription automatique des natifs calédoniens sur les listes électorales le 7 septembre prochain. En attendant, le FNLKS poursuit sa campagne de communication autour de la constitution de ces listes électorales, générales et référendaires.

« Pour que la consultation de sortie de l’Accord de Nouméa soit sincère, il faut que les listes soient sincères », insiste le FLNKS. Pour cela, le principal parti indépendantiste défend l’inscription automatique de tous les natifs calédoniens, de statut civil coutumier ou non, sur les listes électorales générales. Pour autant, si celles-ci servent de base à la constitution des listes électorales référendaires, elles ne concernent que les élections générales : législatives, municipales,… Pour les listes référendaires, le FLNKS est plutôt favorable à l’inscription automatique des natifs calédoniens de statut civil coutumier et défend arriver avec « une proposition concrète » lors du prochain Comité des Signataires.

Problème d’équité ?

De son côté, le parti Les Républicains Calédoniens, mené par Sonia Backès, pointe du doigt un « risque » de déséquilibre pour le référendum de 2018, « au détriment de ceux qui souhaitent le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France ». « On risque d’avoir des milliers de personnes de statut civil coutumier qui vont être inscrites sur la liste référendaire, et au contraire, les personnes qui sont natives de la Nouvelle-Calédonie et qui ne sont pas de statut coutumier, qui vont être inscrites sur la liste générale, mais pas sur la liste qui permettra de voter au référendum », explique-t-elle au micro de Nouvelle-Calédonie 1ère. « Il faut maintenir la loi en l’état » défend-elle, en d’autres termes, laisser les électeurs faire la démarche de s’inscrire eux-mêmes.


CONFERENCE DE PRESSE FLNKS

Quelques chiffres. Pour l’heure, 155 000 personnes sont inscrites sur la liste référendaire dont la constitution finale n’est pas encore actée. Sur cette liste, 65 000 relèvent du statut civil coutumier contre 90 000 qui ne relèvent pas du statut civil coutumier. Ce débat sur l’inscription automatique des natifs calédoniens concernerait 9 000 personnes environ : 4 600 Kanak (personnes de statut civil coutumier) et 4 096 non-Kanak. Selon Les Républicains Calédoniens, le nombre de personnes de statut civil coutumier non-inscrites pourrait atteindre les 7 000.

Repousser l’établissement des listes électorales

En outre, le FLNKS demande un nouveau délai pour l’établissement des listes électorales : août ou septembre 2018 plutôt que le 31 décembre 2017. Le parti indépendantiste Kanak communique également sur le statut d’un Etat indépendant, avec coopération en matière de compétences régaliennes. Le FLNKS propose également l’établissement de bureaux décentralisés à Nouméa pour les électeurs de Bélep (extrême-Nord de la Grande Terre) et des îles Loyauté et devrait rendre public son projet d’Etat indépendant « Kanaky Nouvelle-Calédonie » avant fin 2017.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment