Nouvelle-Calédonie: Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie en décembre

1 Comment

© Twitter  Edouard Philippe

Edouard Philippe devrait se rendre en Nouvelle-Calédonie en décembre, et le dernier « comité des signataires » avant le référendum d’autodétermination est prévu pour la deuxième quinzaine d’octobre, a annoncé jeudi l’indépendantiste kanak VictorTutugoro, à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre.

Edouard Philippe a reçu jeudi en fin d’après-midi une délégation de l’Union nationale pour l’indépendance (UNI), qui regroupe essentiellement deux composantes du FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak Socialiste), le Palika et l’Union progressistemélanésienne (UPM), pour « un premier contact avec les nouveaux dirigeants », a expliqué à la presse, M. Tutugoro (UPM), vice-président de la province Nord de Nouvelle-Calédonie. Le président kanak de la province nord, Paul Néaoutyine (Palika), présent dans la délégation, n’a pas souhaité s’exprimer.Le Premier ministre leur a dit qu’il allait « réunir le comité des signataires (des accords de Nouméa, ndlr) dans la 2e quinzaine d’octobre », et « qu’il viendrait personnellement en Nouvelle-Calédonie début décembre », a indiqué M. Tutugoro. « Nous voulions dire au Premier ministre notre manière de voir l’évolution de la situation en Nouvelle-Calédonie », a-t-il expliqué, soulignant que « les choses sont un peu bloquées aujourd’hui, au sortir des élections législatives ».

« Nous sommes venus voir l’Etat, parce que c’est l’Etat qui a la souveraineté en Nouvelle-Calédonie, et nous voulons discuter précisément de la souveraineté, parce que c’est le sujet essentiel en 2018. Or, nos partenaires locaux en Nouvelle-Calédonie, ne veulent pas en discuter », a déploré M. Tutugoro. Un référendum d’autodétermination est prévu au plus tard en novembre 2018, conformément à l’accord de Nouméa (1998) qui organise la décolonisation par étapes de l’île.  Les indépendantistes reprochent aux représentants de la droite non indépendantiste de ne pas vouloir « entrer dans le dur » des sujets de souveraineté.

Lundi, le leader du Palika, Paul Néaoutyine, avait déjà indiqué lors d’une rencontre avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin, qu’ils étaient « preneurs, maintenant que les législatives sont terminées, que les autres délégations participent activement à la poursuite des travaux », afin que « l’Accord de Nouméa aille jusqu’à son terme ». « Il nous faut mettre à profit le temps qui nous reste, au moins d’ici mai », date avant laquelle le Congrès doit saisir le gouvernement sur l’organisation du référendum, a insisté M. Tutugoro. A défaut -le Congrès n’ayant pas actuellement la majorité des 3/5e nécessaire-, c’est le gouvernement, comme le prévoit la Constitution, qui organisera la consultation », a rappelé le Premier ministre début juillet dans sa déclaration de politique générale.

Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire

  1. wahopie macane

    À l’attention : Monsieur de Président de la République Française.
    http://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/france-fournir-droits-titres-propriete-kanaky/31483
    Bonjour de Kanaky – 08/07/2017 –
    Démystification du pourquoi la France n’a aucun Droit de Dire ou de faire quoique ce soit en Kanaky contre le Kanak. Et pourquoi, Elle n’a pas à y imposer la Rigueur et la Vigueur de la LOI du Blanc dit Français.

    SELON LE DROIT CANON, LA POSSESSION EST UNE ABOMINATION DEVANT L’ÉTERNEL.

    Dès l’An de Grâce 250, la Gaule se commet avec le Christianisme.

    En l’An de Grâce 496, la France devient Chrétienne ( Baptême de Clovis).

    Le 04 Septembre 1774, Le navigateur James Cook «  »découvre » » le Pays Kanak, et le nomme improprement New Caledonia par mélancolie du Voyageur loin de chez Lui.

    Le 14 Septembre 1774, l’Angleterre signe un Acte d’Annexion de la Nation Indigène Kanaky à la Couronne d’Angleterre, faisant des Kanak des Ressortissants Anglais.

    En 1802, l’Empereur Napoléon institutionnalise le Notariat Impérial, par conséquent pour tout Acte Juridique touchant la Propriété ou la Possession d’un Bien, il faut un ACTE JURIDIQUE AUTHENTIFIÉ PAR LE TAMPON ET LA SIGNATURE DU NOTAIRE IMPÉRIAL.

    En 1803, l’Empereur Napoléon fait le Distinguo entre la Propriété qui est un Droit et la POSSESSION qui est un ACTE JURIDIQUE.

    Le 1er Janvier 1844, le Roi Louis-Philippe ; Roi de France signe le Traité de Protectorat ( 01/01/1844 ), qui stipule qu’il s’engage à Protéger la Kanaky telle qu’Elle est, le kanak tel qu’Il est, ses Biens tels qu’Ils sont contre tout ennemi, y compris la France.

    Le 24 Septembre 1853, la France prend POSSESSION de la Nouvelle-Calédonie ( Kanaky est appelée Nouvelle-Caledonie par Limitation Intellectuelle à la Française ).

    Or au Bas de l’Acte de Prise de Possession de la Nouvelle-Caledonie du 24/09/1853, il manque 3 Eléments Constitutifs de la Légalité dite Française:
    1) Le Sceau de l’Empereur et sa Signature.
    2) Le Cachet du Gouvernement Impérial et la Signature de son Président.
    3) Le Tampon du Notaire Impérial et sa Signature.

    L’Absence de ces 3 Eléments Constitutifs de la Légalité dite Française rend Caduque, Nulle et Non Avenue la Légalité et donc la Légitimité de la Présence de la France, des Ressortissants Français sur la Terre Ancestrale appartenant aux Clans en Kanaky.

    Par conséquent, il est plus exact de nommer «  »l’acte de prise de possession de la Nouvelle-Caledonie » » sous la Terminologie:

    ACTE INTEMPESTIF DE PRISE ILLÉGALE DE POSSESSION IMPUDIQUE DE LA KANAKY ET DU KANAK DU 24/09/1853.
    La France Pays; Patrie des Droits de l’Homme et Pays le plus Légaliste au Monde avec 17 Constitutions et 5 Républiques, se doit de se positionner vis à vis de sa Propre Légalité:
    ART. 2228 du Code Napoléonien.
    ART 1599 du Code Civil Français ( CCF ).
    ART. 1600 du CCF.
    ART. 311-1 du Code Pénal Français ( CPF ).
    ART. 321-1 du CPF.
    ART. 432-1 du CPF.
    ART. 432-7 du CPF.
    ART. 432-4 du CPF.
    ART. 4 du CCF.
    ART. 434-7-1 du CPF.
    ART. 127-1 du Livre III du Code du Contentieux Administratif.

    Ce qui est dit ici, l’est avec le Droit de Diction Kanak, pour que Justice , Droit et Coutume demeurent sur la Terre Ancestrale Kanak que la France a volé le 24/09/1853 avec un FAUX en Ecriture.

    Pour le Collectif:
    S.G: Wahopie Macane du Clan Tupaisi.