Jean-Jacques Urvoas aux Antilles pour réaffirmer l’engagement de l’Etat

No Comment

Depuis le 30 juin, Jean-Jacques Urvoas a entamé un premier déplacement dans les Antilles françaises. Visite de travail plus que d’annonces. 

« Je ne suis pas un ministre de papier. Je viens ici au plus près des réalités du terrain pour rencontrer les personnels, a déclaré Jean-Jacques Urvoas lors de son arrivée en Guadeloupe. Cellules surpeuplées, circulation d’armes dans l’enceinte, état des centres pénitentiaires, voici une partie des difficultés qu’a pu constater le Garde des Sceaux au centre pénitentiaire de Baie-Mahault. Pour cet établissement qui accueille 750 détenus pour 450 places, pas de mesures concrètes particulières. Jean-Jacques Urvoas est surtout venu officialiser l’engagement de l’État pour la construction de la future maison d’arrêt de Basse-Terre et poser symboliquement la première pierre du nouveau tribunal de grande instance de Pointe-à-Pitre actuellement en construction. À l’issue de sa visite, le ministre de la justice a rendu un hommage appuyé au personnel du centre de détention.

Une visite ministérielle qui a déçu les organisations syndicales. Éric Pétilaire, secrétaire général de la CGT pénitentiaire, dénonce une « situation catastrophique » à Baie-Mahault. Aujourd’hui, ce dernier affirme avoir perdu confiance face aux promesses de restructuration. « On nous a tellement menés en bateau. Tant que nous ne voyons pas les travaux débuter, nous n’y croyons pas. » répondit-il à France-Antilles Guadeloupe. Hier, le Ministre de la Justice a annoncé la concrétisation de la nouvelle construction de la Maison d’arrêt de Basse-Terre,  actuellement la plus vielle  de France, sera reconstruite en deux phases. La première tranche débutera dès 2019. Une reconstruction dans laquelle l’Etat a engagé la somme de 63 millions d’euros. Avant la Guadeloupe, Jean-Jacques Urvoas s’est aussi rendu en Martinique pour inaugurer une extension de 160 places à la Prison de Ducos, et à Saint-Martin pour rencontrer, entre autres, l’ensemble des représentants du tribunal de Grande Instance de Saint-Martin.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment