Guyane : Cazeneuve arrive en juillet contre l’orpaillage illégal

No Comment

©Philippe Wojazer / Pool / AFP

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve se rendra en juillet en Guyane, où il annoncera de nouvelles mesures pour lutter contre l’orpaillage illégal dans le département, a-t-il annoncé mercredi devant les députés lors des questions au gouvernement.

M. Cazeneuve était interpellé par le député de Guyane Gabriel Serville (Front de Gauche), après que des gendarmes et des militaires, qui convoyaient des pirogues saisies dans le cadre de la lutte contre l’orpaillage illicite, ont été la cible fin avril d’une embuscade, sur le territoire de la commune de Maripasoula (sud-ouest guyanais) à la frontière du Suriname. « Cette attaque particulièrement violente, n’a heureusement fait que deux blessés parmi les gendarmes », mais elle est « symptomatique de la difficulté des forces de l’ordre dans l’accomplissement de leur mission » pour faire respecter la sécurité sur le territoire, a déploré le député.

Démantèlement d'un site d'orpaillage illégal  ©EMA / Ministère de la Défense

Démantèlement d’un site d’orpaillage illégal ©EMA / Ministère de la Défense

Le ministre, qui se rendra en Guyane « le 7 juillet prochain », annoncera « les dispositions nouvelles que le gouvernement a décidé de prendre en terme d’effectifs, de dispositifs juridiques et de relations avec les pays limitrophes », le Suriname et le Brésil, a répondu M. Cazeneuve. « Il faut une présence forte pour aller à l’encontre des ces +garimpeiros (orpailleurs clandestins venant du Brésil et du Suriname, ndlr) qui sont en réalité des bandits de grand chemin », a-t-il dit. Il a rappelé qu’entre 2012 et 2015, les effectifs avaient été réhaussés de 38 policiers et gendarmes en Guyane, et qu’une « augmentation comparable » était en cours pour 2016. De plus, « 432 gendarmes mobiles accompagnés de 12 officiers de police judiciaire sont mobilisés sur ces activités hautement criminogènes », a-t-il ajouté.

Capture d’écran 2016-05-12 à 09.51.32

En Guyane, l’extraction aurifère est pour une partie légale (la filière officielle emploie environ 500 personnes pour une production de 1 à 2 tonnes d’or par an), mais la majeure partie est illégale, orchestrée par environ 15.000 orpailleurs clandestins, qui produisent environ 10 tonnes d’or par an, avec des conséquences néfastes pour l’environnement et de graves problèmes d’insécurité pour les populations locales. La députée écologiste et Secrétaire d’Etat en charge de la Biodiversité, Barbara Pompili sera aussi en Guyane début juillet. À noter également que Pascal Canfin, ancien ministre délégué au Développement et actuel Directeur général de WWF France, se rendra en Guyane le 13 juillet.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment