Accord pour le Développement de la Polynésie française: « L’avenir de notre Collectivité au sein de la République française »

No Comment

©Outremers360

Le Président de la République, François Hollande, et le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, ont signé, ce vendredi 17 mars au Palais de l’Elysée, l’Accord Etat-Pays pour le développement de la Polynésie française.

« Cet Accord prend en compte tous les secteurs prioritaires du développement de la Polynésie française, la valorisation de notre environnement économique, l’aménagement du territoire, la santé, l’éducation, la jeunesse, les communications ou l’insertion dans la région Pacifique » a expliqué le Président de la Polynésie française dans son discours. L’accord reprend également les engagements du Président de la République sur le fait nucléaire: sanctuarisation de la Dotation Globale d’Autonomie (DGA), création d’un institut d’archives ou encore aide au service oncologie de Centre hospitalier de la Polynésie française et surveillance géologique des atolls de Fangataufa et Moruroa. « C’est un Pacte républicain qui servira, sur des bases claires, la poursuite du dialogue avec ceux qui auront la charge de la Nation dans un proche avenir », souligne Edouard Fritch.

« Je souhaitais que la Polynésie française puisse sortir de la crise qui la frappait », a déclaré de son côté le Président de la République. C’est en février 2016, alors qu’il est en déplacement officiel en Polynésie française, que François Hollande demande aux élus polynésiens de travailler à un « Accord de Papeete », qui deviendront au fil du temps un Accord cadre pour le développement du territoire. « Je souhaitais que nos relations soient emplies de confiance, de sérénité et de respect » a ajouté le Président de la République. « Cet accord est politique. Il ne s’agit pas d’un contrat de projet ou developpement, il s’agit d’un cadre qui permet d’agir ensemble et de mettre pleinement la Polynésie dans la République ».

Lors de cette signature, plusieurs personnalités polynésiennes étaient présentes, dont la sénatrice Lana Tetuanui, le député Jean-Paul Tuaiva et le Président du Conseil économique, social et culturel (CESC), Winiki Sage. L’actuelle ministre des Outre-mer Ericka Bareigts était également présente, tout comme George Pau-Langevin et Victorin Lurel, respectivement députés de Paris et de la Guadeloupe. Après la signature de l’Accord, le Président de la Polynésie française a procédé, avec la ministre de la Culture Audrey Azoulay, à la signature d’une convention Etat-Polynésie française relative à la Culture. Cette convention prévoit notamment un accompagnement technique et scientifique pour la protection et la valorisation du patrimoine polynésien, un soutien technique pour l’élaboration d’une politique de lecture publique sur l’ensemble des îles, un renforcement de la coopération cinématographique et audiovisuelle ou encore, une expertise régulière du Conservatoire artistique de la Polynésie française.

©Outremers360

©Outremers360

« Les Polynésiens se rappelleront de votre mandature comme étant celle d’un Président de la République qui a compris leurs aspirations et qui a été à leurs côtés », a tenu à souligner le Président polynésien en conclusion de son discours. « Il n’y en a pas eu beaucoup ». L’Accord doit maintenant passer par le vote de l’Assemblée territoriale de la Polynésie française et l’avis consultatif du CESC.

Lire aussi: Accord de Papeete: « La priorité est au développement économique », Teva Rohfritsch

Communiqué conjoint du Président de la République et du Président de la Polynésie française

Le Président de la République et le Président de la Polynésie française se réjouissent de la signature, ce jour, de l’Accord pour le développement de la Polynésie française (Te avei’a o te fenua). Cet Accord consacre la relation de confiance qui prévaut entre l’Etat et la Polynésie française. Il acte des ambitions partagées pour le développement économique, social, culturel et environnemental de la Polynésie française.

Dans le respect de l’autonomie de la Polynésie française et des compétences de l’Etat, l’Accord :

– prévoit un accompagnement des investissements publics structurants, en particulier ceux qui concourent au désenclavement du territoire ;
– réaffirme l’importance du rôle des communes ;
– fixe les orientations d’un développement économique porteur d’emplois pour la jeunesse polynésienne ;
– confirme l’appui de l’Etat au développement social et à l’épanouissement culturel de la population polynésienne ;
– réaffirme une volonté commune de favoriser l’insertion de la Polynésie française dans son environnement régional.

Il est le fruit d’une écoute, une compréhension et un respect mutuels ainsi que d’une concertation étroite entre le gouvernement de la Polynésie française et l’ensemble des ministères concernés.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment