Accord de Papeete: « La priorité est au développement économique », Teva Rohfritsch [3/3]

No Comment

Teva Rohfritsch ©TNTV

Suite et fin de nos entretiens avec Teva Rohfritsch, Vice-président de la Polynésie française en charge de l’Economie. Aujourd’hui, zoom sur l’Accord de Papeete, annoncé en février 2016 par le Président de la République et dont la « convergence de vue » baptisée « Accord de l’Elysée » sera signé ce vendredi après-midi à l’Elysée. Depuis son annonce, l’Accord de Papeete a connu de nombreuses étapes: présentation du préambule à l’Assemblée territoriale de la Polynésie française, puis de la première mouture de l’Accord ou encore, apport des maires polynésiens à sa rédaction.

Les étapes à venir sont encore nombreuses, comme nous l’explique Teva Rohfritsch, et liées au respect des institutions polynésiennes.

Qu’en est-il du projet d’Accord de Papeete ? Quel est cette « convergence de vues » qui sera signé ce vendredi à l’Elysée ?

C’est un accord-cadre pour le développement économique et social de la Polynésie française. L’Accord de Papeete avait été évoqué il y a quelque temps avec le Président de la République et aurait pu comporter une dimension politique plus importante. Mais en accord avec les deux Présidents, nous avons décidé que la priorité n’était pas à la politique, ni à l’institutionnel. La priorité est au développement économique. Donc les deux Présidents se sont mis d’accord pour travailler pendant un an sur ces questions. Et quand je parle de développement économique, je parle aussi de la protection sociale qui est en train d’être réformée. On souhaite que l’Etat participe avec nous et le Président de la République est prêt à faire en sorte que l’Etat prenne ses responsabilités au titre de la solidarité.

©Tahiti-infos

©Tahiti-infos

Le Président de la République a donné son accord pour confirmer un certain nombre de choses, y compris sur le fait nucléaire comme la prise en charge d’une partie des frais liés à la cancérologie, la sanctuarisation de la Dotation globale d’autonomie. Et sur ce point, François Hollande est venu rassurer les Polynésiens en donnant de la perspective sur ces transferts financiers de l’Etat et a accepté d’ouvrir des dossiers pour lesquels l’Etat va apporter son expertise, comme l’électricité et la baisse des coûts. Et l’idée est aussi de se revoir régulièrement, à Paris ou à Papeete, pour faire un point d’étape.

A partir de quand espérez-vous une application de cet accord-cadre ?

Pour le Chef de l’Etat, ce document est finalisé. Mais dans le cadre du statut de la Polynésie française, nous souhaitons aussi le soumettre au vote de l’Assemblée territoriale et à la société civile représentée au Conseil économique, social et culturel pour laisser le temps au débat dans les deux assemblées. Si les deux assemblées adoptent ce document en l’état, il sera appliqué. Si l’Assemblée territoriale souhaite apporter des changements, le document sera modifié et présenté au prochain Président de la République. Ce qui sera signé vendredi, c’est l’accord des deux exécutifs sur ce document (Accord de l’Elysée, ndlr).

Interview réalisée par Marie-Christine Ponamalé.

Lire aussi:

Digital Festival Tahiti: « Notre ambition est de faire rentrer la Polynésie dans l’économie numérique », assure Teva Rohfritsch [1/3]

Economie en Outre-mer: « Reformater l’ADN économique de la Polynésie française », Teva Rohfritsch [2/3]

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment