Sécheresse à Mayotte: L’eau se fait de plus en plus rare

No Comment

La retenue collinaire de Dzoumoné ©Le Journal de Mayotte

Cette année encore, Mayotte subit une situation de sécheresse critique due à une saison des pluies tardive. Les deux retenues collinaires, qui assurent 79% de l’eau potable, s’assèchent considérablement.

A Mayotte, les ressources en eau douce se raréfient de manière alarmante ces dernières semaines et une partie du territoire n’a désormais accès à l’eau domestique qu’un jour sur trois.

La saison des pluies en janvier

Réunis en crise pour la cinquième fois depuis début décembre, les acteurs de l’eau et la préfecture ont décidé mercredi de maintenir le dispositif des « tours d’eau » qui devrait perdurer jusqu’à l’arrivée de la saison des pluies, prévue fin janvier. Cette année encore, le 101e département français subit une situation de sécheresse critique due à une saison des pluies tardive et les ressources en eau douce, denrée précieuse sur ce territoire exigu où la pression démographique est forte, viennent à manquer.

©AFP

Une partie du territoire n’a désormais accès à l’eau domestique qu’un jour sur trois ©AFP

Deux retenues collinaires

L’essentiel (79%) de l’alimentation en eau potable du département provient de deux retenues collinaires, l’une située à Dzoumogné (nord) et l’autre à Combani (centre). Or, il manque « entre un quart et la moitié des pluies » pour la saison, affirme Bertrand Laviec, délégué départemental de Météo-France, et la consommation en eau ayant augmenté de 9,7 % en 2016, les deux retenues s’épuisent. Celle de Dzoumogné n’est plus remplie qu’à 28 % de sa capacité totale et celle de Combani (qui alimente à 84% les communes du centre et du sud de l’île) qu’à 13,5 %, selon le syndicat intercommunal des eaux.

©AFP

©AFP

Des solutions à court terme sont discutées : interpeller les supermarchés sur l’intérêt de commander davantage de bouteilles d’eau minérale, mobiliser les imams pour sensibiliser lors des prières à un usage vertueux de l’eau, installer des contrôles auprès des robinets collectifs pour endiguer le gaspillage, anticiper le problème de la rentrée scolaire et du retour de vacances ainsi que transférer de l’eau du réseau du nord à celui du sud. Seul projet d’envergure envisagé à long terme, la construction d’une troisième retenue collinaire pour une mise en service prévue fin 2020.

Les mesures prises

Devant cette pénurie, la préfecture de Mayotte a pris deux arrêtés restreignant les usages de l’eau sur l’ensemble du territoire. Mais la situation s’aggravant, elle a mis en place le 16 décembre des « tours d’eau » dans huit communes du centre et du sud, coupant l’eau domestique à tour de rôle à 65 000 habitants, professionnels compris.

Depuis le 25 décembre, le dispositif a été durci et l’eau est désormais coupée deux jours sur trois dans ces communes, avec des retards constatés par les habitants lors de la remise en eau. Une eau d’ailleurs non potable depuis le début des coupures programmées. Des points d’eau potable collectifs ont été installés mais devant le gaspillage de la ressource observé par les maires, ces robinets sont désormais fermés la nuit.

Les professionnels, invités le 21 décembre à échanger avec la préfecture, pâtissent également des coupures. Les hôteliers et restaurateurs, notamment, font état de difficultés qui grèvent leur activité et, soutenus par le Comité départemental du tourisme, commencent à s’organiser pour demander des compensations financières.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment