Meurtre de Jean-Pierre Deteix : Cinq personnes en garde à vue

No Comment

L’enquête autour du meurtre de Jean-Pierre Deteix en Nouvelle-Calédonie progresse rapidement. Cinq personnes -quatre receleurs et l’auteur présumé des faits- ont été placés en garde à vue à Nouméa.

L’autopsie pratiquée ce mardi matin en Nouvelle-Calédonie (heure locale) a confirmé que les coups assénés à Jean-Pierre Deteix sont bien la cause de son décès. L’auteur présumé des coups, placé en garde à vue avec quatre autres suspects, a reconnu les faits. Âgé de 21 ans et originaire de l’île des Pins, il a été interpellé lundi matin. Aux enquêteurs, le principal suspect déclare avoir été accosté par la victime dans le centre-ville de Nouméa puis d’être monté à bord de son véhicule pour rejoindre la Baie des Citrons puis Nouville, un quartier à l’écart de la ville, où le corps de Jean-Pierre Deteix a été retrouvé. Pendant le trajet, l’auteur présumé raconte avoir subi plusieurs attouchements, jusqu’à la plage de Nouville où, selon ses déclarations, les avances plus « explicites » de Jean-Pierre Deteix lui ont fait perdre patience. Pour l’heure, ses propos restent invérifiables. L’enquête révèle que l’auteur présumé n’en est pas à sa première condamnation pour violences. En effet, il est actuellement sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à Kunié, l’Ile des Pins, où il aurait violemment frappé un ancien, toujours pour un vol de voiture.

Les quatre autres suspects sont, quant à eux, placés en garde à vue pour recel de véhicule, retrouvé incendié à Plum, dans le sud de Noumea. Ceux-ci n’étaient apparemment pas au courant de la provenance du véhicule. Les cinq suspects devraient être présentés devant le parquet mercredi matin. La découverte macabre du corps roué de coups et méconnaissable de Jean-Pierre Deteix, ce dimanche, a provoqué une onde de choc en Nouvelle-Calédonie. Homme de l’ombre, compagnon historique de Jean-Marie Tjibaou et animateur ancien du mouvement indépendantiste Kanak, beaucoup de mystère entoure le meurtre de Jean-Pierre Deteix.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment