Essais nucléaires: Alain Christnacht, nouveau Président du Civen, actuellement en Polynésie française

No Comment

©©Gregory Boissy / AFP

Nommé début février, le nouveau Président du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen), Alain Christnacht, est arrivé en Polynésie française ce samedi, pour une visite de six jours. Outre les autorités du territoire, Alain Christnacht rencontrera les différentes associations défendant les victimes des essais nucléaires en Polynésie française.

Dès lundi après-midi, le nouveau Président du Civen, Alain Christnacht, a rencontré le Président de la Polynésie française Edouard Fritch ainsi que les membres du gouvernement. Le Président du Civen et le Président de la Polynésie française ont discuté des nouvelles conditions d’application de la loi d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, dite Loi Morin (adoptée en 2010). Parmi ces nouvelles conditions d’application, la suppression du principe de « risque négligeable », votée lors de l’adoption de la loi égalité réelle en Outre-mer, ainsi que la création d’une commission chargée de proposer « les mesures destinées à réserver l’indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires ». Cette commission était notamment la condition à la suppression du principe de risque négligeable.

Alain Christnacht a rencontré le Président de la Polynésie française ce lundi après-midi ©Présidence de la Polynésie française

Alain Christnacht a rencontré le Président de la Polynésie française ce lundi après-midi ©Présidence de la Polynésie française

En Polynésie française, Alain Christnacht doit aussi s’entretenir avec le président de l’Assemblée territoriale, Marcel Tuihani, et celui du Conseil économique, social et culturel (CESC), Winiki Sage, l’Archevêque de Polynésie, Monseigneur Jean-Pierre Cottanceau, le président de l’Eglise protestante Maohi, Ta’aroanui Maraea, le Contre-amiral, le médecin en chef du Centre médical de suivi et la présidente de la ligue contre le cancer, Patricia Grand. Des rencontres sont également prévues avec les associations de défense des victimes des essais nucléaires: Moruroa e Tatou, Tamarii Moruroa et l’Association 193. Des visites à l’hôpital de Taaone, à la CPS ou au centre A tauturu ia na (qui guide les malades polynésiens pris en charge à Paris ou en Nouvelle-Zélande), sont également prévues, précise Radio 1 Tahiti.

Alain Christnacht, artisan majeur des Accords de Matignon et Nouméa

Successeur de Denis Prieur, « démissionnaire du Civen par décret du 3 février 2017 », Alain Christnacht a pris la Présidence du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen) le même mois, alors que le principe de risque négligeable, verrou symbolique de la Loi Morin selon les associations, était en passe d’être supprimé.

Fin connaisseur des Outre-mer, Alain Christnacht, préfet et conseiller d’Etat, fut l’un des artisans des Accords de Matignon en 1998, en tant que directeur de cabinet de Louis Le Pensec, ministre des Départements et Territoires d’Outre-mer sous Michel Rocard, ancien Premier ministre. Il devient ensuite Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie de janvier 1991 à juillet 1994 et sera en charge de veiller à l’application des Accords de Matignon. En 1997, Lionel Jospin fera appel à son expertise pour intégrer son cabinet en tant que conseiller pour les affaires intérieures et l’Outre-mer. Il coordonne alors les nouvelles négociations entre Jacques Lafleur et le FLNKS alors présidé par Rock Wamytan.

Les élus de la Nouvelle-Calédonie entourant lePremier ministre lors du comité des signataires de l'Accord de Nouméa en Février 2016. Alain Christnacht y présentait les résultats de sa mission ©Matignon

Les élus de la Nouvelle-Calédonie entourant lePremier ministre lors du comité des signataires de l’Accord de Nouméa en Février 2016. Alain Christnacht y présentait les résultats de sa mission ©Matignon

Ces négociations aboutiront à la signature de l’Accord de Nouméa, repoussant la consultation d’autodétermination. La première aura lieu en 2018. Il négocie également pour la Nouvelle-Calédonie un nouveau statut de très large autonomie. Ce statut prévoit à terme le transfert de toutes compétences, en dehors de celles dites régaliennes, ainsi que la constitution d’une citoyenneté néo-calédonienne basée sur le principe de « destin commun » entre les communautés. En 2014, le Premier ministre Manuel Valls lui confie une nouvelle « mission d’écoute, d’analyse et de conseil » en Nouvelle-Calédonie.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment