A Poé en Nouvelle-Calédonie, la peur du requin effraie les touristes

No Comment

©Albert Kok

Depuis l’attaque mortelle de Nicole Matignon le 9 avril sur la plage de Poé en Nouvelle-Calédonie, la petite commune de la Province sud connait une baisse brutale de sa fréquentation touristique. Ce qui met à mal la volonté de dynamiser le tourisme des autorités calédoniennes.

« Le lendemain de l’accident, tout le monde est parti et les réservations ont été annulées. C’est le désert », s’inquiète Andréa Sorin, qui gère l’auberge de jeunesse avec vue imprenable sur le camaïeu bleuté du lagon. « Les gens ne parlent plus que de ça, tout le monde a sa théorie sur les raisons de la présence de requins-tigre dans le lagon. Moi, je ne veux pas y participer », confie-t-elle. « Il n’y a plus personne, on a juste un touriste allemand, qui s’est posé pour un mois », déclare de son côté Romain André, cuisinier dans un camping. Rappelons les faits. Le 9 avril, Nicole Malignon nageait dans 1,50 mètre d’eau en compagnie de son chien lorsqu’elle a été attaquée par un requin-tigre. Un baigneur est allé à son secours mais la sexagénaire est décédée des suites de ses blessures. Encore choqué, le jeune homme connaissait bien la victime, son « ancienne voisine, dynamique et généreuse », appréciée des habitants de cette zone touristique, sur la commune de Bourail, à 160 kilomètres au nord de Nouméa.

Plage de Poé ©DR

Plage de Poé ©DR

Sur la route qui longe l’immense plage de Poé, une multitude de petites structures touristiques – activités nautiques, hôtel, campings, bungalows en location – ont fleuri ces dernières années, sous l’impulsion de la volonté des autorités de dynamiser le nord de la Province sud. En septembre 2014, un hôtel 5 étoiles avec golf y a ouvert, en lisière d’un domaine de 8.000 hectares en cours d’aménagement et dont le patrimoine culturel et naturel est mis en valeur pour attirer les touristes locaux et internationaux. Aussi, le drame du 9 avril est-il tombé au plus mauvais moment. « C’est la catastrophe. A Nouméa, tout le monde pense qu’à Bourail, c’est les dents de la mer. On est vraiment inquiet, il n’y a plus de réservations même pour les longs week-ends de mai », soupire Catherine Daverat, directrice de l’Office de tourisme du village.

La commune de Bourail s'est lancée dans le développement du secteur touristique, ici, l'Hôtel Deva Sheraton ouvert en 2014 ©Province sud

La commune de Bourail s’est lancée dans le développement du secteur touristique, ici, l’Hôtel Deva Sheraton ouvert en 2014 ©Province sud

Depuis l’attaque, la baignade et les activités nautiques sont interdites à Poé, où, grâce à des survols quotidiens en ULM du lagon, plusieurs requins mesurant entre 2,5 et 3 mètres ont été observés. Cette concentration de squales est inhabituelle et interpellent les spécialistes, qui pensent « que quelque chose doit les attirer », comme des carcasses de poissons morts ou de gibier. Malgré les recherches organisées par la mairie, aucune source de nourrissage n’a jusqu’à présent été identifiée. Et alors que le lagon de Poé est une aire marine protégée, la province sud a autorisé entre le 3 et le 10 mai « des opérations de prélèvements » de requins-tigre, menées en partenariat avec l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) ainsi que l’euthanasie, s’il était trouvé, du squale auteur de l’attaque mortelle, que les scientifiques sont à même d’identifier. « Deux requins-tigre femelles ont été attrapés, bagués et relâchés hors du lagon. Les trois derniers jours, on n’a rien vu », a expliqué à l’AFP Laurent Thomas, capitaine des pompiers de Bourail. Plusieurs associations écologistes se sont indignées qu’un « permis de tuer » soit officiellement accordé, estimant la mesure « totalement inutile » et accusant la mairie de ne pas se soucier des pollutions du lagon.

Peu de temps après l'attaque de Nicole Matignon, un requin-tigre a été capturé et tué, mais il ne s'agissait pas du bon ©DR

Peu de temps après l’attaque de Nicole Matignon, un requin-tigre a été capturé et tué, mais il ne s’agissait pas du bon ©DR

Jeudi, la province Sud a indiqué que si « d’ici le 13 mai » aucun requin n’était repéré, la commune de Bourail « pourrait lever » l’arrêté d’interdiction de baignade. Parallèlement, « un plan de sécurisation et d’aménagement » de la plage de Poé, où des tours de guet doivent être installées, est en cours d’élaboration. Pour tenter d’élucider la présence de ces grands spécimens de requins-tigre si près des côtes, « un programme de recherche sur l’écologie et le comportement » de différentes espèces de requins va en outre être engagé. Au cours des dix dernières années, cinq attaques mortelles de requin ont eu lieu en Nouvelle-Calédonie.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment