Territoriales 2018 en Polynésie : Edouard Fritch obtient une majorité confortable à l’Assemblée territoriale polynésienne

No Comment

Edouard Fritch devrait retrouver son poste de Président de la Polynésie le 18 mai prochain ©Nicolas Perez / Radio 1 Tahiti (Archives)

Ce dimanche 6 mai a eu lieu le 2nd tour des élections territoriales en Polynésie française. L’actuel Président de la Collectivité et chef du Tapura Huira’atira, Edouard Fritch, confirme son avance du 1er tour en remportant 49,12% des suffrages exprimés. Le Tahoera’a Huira’atira de Gaston Flosse, mené cette année par Geffry Salmon, et le Tavini Huira’atira de l’indépendantiste Oscar Temaru, obtiennent respectivement 27,69% et 23,19% des suffrages exprimés.

Après plusieurs semaines d’une campagne électorale intense et inédite, Edouard Fritch confirme sa position de nouvel homme fort de la Polynésie. Avec 49,12% des suffrages exprimés recueillis par son parti autonomiste (soit 66 422 électeurs), le Président sortant s’octroie une majorité confortable de 38 sièges à l’Assemblée territoriale de la Collectivité, dont 19 obtenus grâce à la prime majoritaire instaurée en 2011 pour assurer la stabilité politique. De leurs côtés, le Tahoera’a Huira’atira de Gaston Flosse dispose de 11 sièges, tandis que le Tavini Huira’atira d’Oscar Temaru sort de ces élections avec 8 sièges. Edouard Fritch et son parti remportent la plupart des grosses communes et la totalité des 8 sections qui composent la circonscription unique de Polynésie. Entre le 1er et le second tour, Edouard Fritch progresse de 12 627 voix. Comme lors du 1er tour, le taux de participation est à la baisse pour ce 2nd des Territoriales, mère des élections en Polynésie, avec 66,82% des électeurs qui se sont déplacés aux urnes, contre 72,79% lors du 2nd tour de 2013.

Gaston Flosse et son parti progressent peu

Avec ses 27,69% des suffrages exprimés, Gaston Flosse et son parti, le Tahoera’a Huira’atira, mené cette année par Geffry Salmon, s’élèvent au rang de premier opposant au sein de la nouvelle Assemblée polynésienne. Toutefois, la séparation avec son ancien numéro 2 Edouard Fritch, a fait perdre beaucoup de voix au parti de Gaston Flosse qui en 2013, sortait vainqueur des Territoriales avec 45,11% des suffrages (62 340 voix contre 37 443 voix en 2018). Malgré des réussites électorales sur plusieurs petites îles (Tahuata, Reao, Fangatau, Maupiti, Rapa, Tubuai et Ua Pou), le Tahoera’a Huira’atira n’obtient aucune grande commune et perd même la section 8 des îles Australes, normalement acquise à sa cause. La maire de la commune de Uturoa, Sylviane Terooatea, sur la liste de Gaston Flosse, se trouve en difficulté pour les prochaines municipales, battue dans sa commune par le Tapura Huira’atira d’Edouard Fritch. Entre les deux tours, les voix de Gaston Flosse progressent peu par rapport à ses adversaires : de 36 754 à 37 443, soit à peine 689 voix.

De son côté, l’indépendantiste Oscar Temaru, et son parti le Tavini Huira’atira, sort de ces élections avec 23,19% des suffrages exprimés, soit 31 357 électeurs. S’il obtient un score en dessous de ses espérances, Oscar Temaru se renforce néanmoins dans sa commune de Faa’a, où il sort en tête avec 50,31% des suffrages. Le parti indépendantiste se permet même une seconde place dans la commune de Punaauia et la section 3 de la circonscription unique de Polynésie, englobant les communes de Faa’a et Punaauia, les plus peuplées de Polynésie. Cette section correspond en partie à la 3ème circonscription de Polynésie pour les Législatives, où le candidat indépendantiste Moetai Brotherson avait été élu face au candidat d’Edouard Fritch. Autre surprise, les indépendantistes gagnent la petite île de Raivavae et arrivent en seconde position dans les communes de Paea et Moorea-Maiao. Entre les deux tours, le Tavini Huira’atira progressent de 5 466 voix. Néanmoins, il perd 9 084 voix entre les 2nd tours de 2013 et 2018.

Vers les municipales de 2020…

S’il est encore tôt pour se projeter, le Tapura Huira’atira d’Edouard Fritch parait en bonne posture pour rafler la mise lors des municipales de 2020. Les grandes communes de Papeete, Pirae (dont il est le maire), Arue, Mahina, Paea, Papara ou encore, Teva I Uta, sont acquises à son parti autonomiste. Il en va de même pour la plupart des petites communes des îles Marquises, des Australes et des Tuamotu-Gambier. Mais au regard des résultats des indépendantistes sur la ville de Punaauia, tant lors des Territoriales 2018 que des Législatives de 2017, le parti d’Edouard Fritch pourrait avoir un sérieux challenger sur cette commune historiquement autonomiste. L’indépendantiste Oscar Temaru est bien parti pour garder son fief historique, la commune de Faa’a. De son côté, Gaston Flosse pourrait maintenir son parti politique dans plusieurs petites îles, notamment celles remportées lors de ces Territoriales.

En attendant, reste à conclure ces Territoriales 2018 par les élections du prochain Président de l’Assemblée territoriale et du Président de la Polynésie française. Celles-ci devraient avoir lieu, respectivement, les 17 et 18 mai prochain. Peu de surprise quant à l’issue de ce 3ème tour, où Edouard Fritch devrait retrouver son poste de Président.

Les indépendantistes célébrant leur victoire dans la commune de Faa’a:

Réactions d’Edouard Fritch après l’annonce des résultats:

Le nouveau visage de l'Assemblée territoriale de la Polynésie française, en attendant les élections du Président de l'institution et du Président de la Collectivité ©Tahiti-infos

Le nouveau visage de l’Assemblée territoriale de la Polynésie française, en attendant les élections du Président de l’institution et du Président de la Collectivité ©Tahiti-infos

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment