Najat Vallaud-Belkacem: Le bilan de ses visites en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie

No Comment

©Tahiti-infos

La ministre de l’Education nationale vient d’achever une visite de 8 jours en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. L’occasion de revenir sur les grandes annonces faites à ces deux collectivités du Pacifique où l’Education primaire et secondaire est de compétence locale.

En Polynésie française du 20 au 24 octobre, la ministre de l’Education nationale a surtout assuré l’augmentation des aides financières de l’Etat. Elle a notamment annoncé le cofinancement par l’Etat de trois internats (deux à Tahiti et un dans l’archipel des Marquises), pour un total de 5,5 millions d’euros et l’augmentation de 10% de la participation de l’Etat aux transports scolaires polynésiens pour la porter à 2,9 millions d’euros. Des annonces saluées par le Président polynésien Edouard Fritch: « grâce à ce soutien, vous venez de rétablir ce que le gouvernement Sarkozy avait supprimé ». A l’Université de la Polynésie française, Najat Vallaud-Belkacem a promis une augmentation de 500.000 euros de sa dotation globale annuelle et a annoncé l’ouverture de plusieurs nouvelles filières, dont des classes préparatoires aux concours des grandes écoles nationales.

Signature samedi 22 octobre au soir à la Présidence de la Polynésie française de la convention décennale ©Présidence de la Polynésie française

Signature samedi 22 octobre au soir à la Présidence de la Polynésie française de la convention décennale relative à l’Education©Présidence de la Polynésie française

En Nouvelle-Calédonie du 25 au 28 octobre, Najat Vallaud-Belkacem a signé un protocole d’accord pour soutenir le projet éducatif de Nouvelle-Calédonie. « Ce projet éducatif vise à élever le niveau de compétence de la jeunesse calédonienne et à prendre en compte la singularité des territoires et des élèves (…). L’Etat a décidé de l’accompagner par des moyens financiers qui sont importants », avait déclaré la ministre. Dans le cadre de ce protocole, 16,5 millions euros seront apportés par l’Etat, sur une période de trois ans. Conclu avec le gouvernement local, il porte aussi sur la création de 75 postes, des crédits pour la formation continue et des aides pédagogiques. Cette enveloppe s’ajoutera aux 50 milliards CFP (419 millions d’euros) versés chaque année par l’Etat au territoire pour la rémunération des personnels de l’éducation.

Signature mercredi 26 du protocole d'accord ©DR

Signature mercredi 26 du protocole d’accord soutenant le projet éducatif calédonien ©DR

Najat Vallaud-Belkacem a aussi annoncé que le prochain vice-recteur nommé pourrait être calédonien grâce à un changement de mode de désignation du vice recteur et directeur général de l’enseignement, en application du principe de la « calédonisation » des cadres. Enfin, la ministre de l’Education nationale a visité les deux derniers lycées financés par l’Etat, à hauteur de 91,5 millions d’euros -puisque la Nouvelle-Calédonie est devenue autonome pour l’enseignement secondaire en janvier 2012-. Il s’agit du Lycée du Mont-Dore qui ouvrira en 2017 et de l’extension du Lycée de Pouembout qui portera désormais le nom de Michel Rocard, ancien Premier ministre et instigateur des Accords de Matignon de 1988. Lors de l’inauguration de l’extension, la ministre de l’Education nationale a, malgré elle, fait le buzz en devant escalader une échelle afin d’atteindre la plaque commémorative du Lycée… Par la même occasion, elle laissera certainement une image plutôt positive de son passage en Nouvelle-Calédonie.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment