Elections territoriales 2015 : Rodolphe Alexandre élu premier président de la collectivité de Guyane

No Comment

Avec 35 voix contre 15 votes blancs, Rodolphe Alexandre est devenu ce vendredi le premier président de la collectivité territoriale de Guyane

Après l’intronisation de Didier Robert au Conseil Régional de la Réunion, coup de projecteur sur un autre président sortant qui a connu une réélection sans surprise lors des dernières élections territoriales en Guyane. Rodolphe Alexandre est né le 26 septembre 1953 dans le chef-lieu guyanais, Cayenne. Il poursuit ses études dans l’Hexagone : après le baccalauréat, Rodolphe Alexandre entreprend une maîtrise en Histoire-Géographie puis un doctorat d’histoire à l’université des Antilles-Guyane. Dans cette passion pour l’histoire et particulièrement celle de la Guyane, la politique n’est jamais loin. Il adhère au Parti socialiste Guyanais. Mais le socialiste crée la surprise en supportant en 2007, le candidat UMP Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles. L’année suivante, Rodolphe Alexandre sera évincé du parti socialiste après avoir s’être porté candidat face au maire socialiste sortant de Cayenne. À partir de là, Rodolphe va de plus en plus cultiver son indépendance en créant en 2010, son propre mouvement, Guyane 73 qui deviendra par la suite Guyane Rassemblement. La même année, il remporte les élections régionales. Une victoire qu’il réitère ce vendredi 18 décembre, cinq ans plus tard en devenant le premier président de la collectivité territoriale de Guyane.

Lors de son discours d’investiture, le nouveau président a orienté ses prochaines missions envers la jeunesse et la fiscalité. « Nous avons une obligation de résultats, des partenariats nécessaires, voulus et partagés avec l’État verront le jour », a-t-il estimé. Rodolphe Alexandre a annoncé qu’il interpellera Manuel Valls sur la fiscalité et le contrat de plan État-Région. Le dossier aurifère a également pris en compte. « Il faut que les Guyanais bénéficient d’un retour fiscal sur l’offshore », a assuré Alexandre qui attend que la passation par Paris de la compétence d’attribution minière soit effective. « Nous allons mener une délégation avec un représentant de l’opposition » auprès du gouvernement « pour que la Guyane accorde » le permis aurifère au Canadien Columbus Gold. Le président est aussi revenu sur la caractère historique de la nouvelle assemblée. « L’écriture d’un nouveau chapitre de l’histoire institutionnelle de la Guyane commence ». 51 élus composent cette collectivité unique qui fusionne région et département, dans ce territoire de 250.400 habitants, le plus grand de toute la France.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment