Elections régionales 2015 : Didier Robert, nouveau leader de la droite réunionnaise

No Comment

Didier Robert retrouve son siège de Président de région ce vendredi lors de la cérémonie d’investiture. Retour sur le parcours politique de ce dernier.

Le 13 décembre dernier, la liste menée par Didier Robert a été réélu avec 52,7% des suffrages. Ce vendredi 18 décembre, le président du conseil régional sera à nouveau installé à la tête de la « pyramide inversée ». À cette occasion, Outremers 360 vous dresse le portrait de celui qui est à l’initiative du rassemblement d’une grande partie des élus de la droite réunionnaise, à travers la plateforme Objectif Réunion. Didier Robert voit le jour le 26 avril 1964. Fils d’une institutrice et d’un policier municipal, il passe sa jeune enfance dans le quartier du 12ème km au Tampon où il effectuera une partie de sa scolarité au sein de l’école militaire. Diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence, il revient dans la commune qu’il a vu grandir mais qu’il l’a également formé à l’appareil politique. En effet, avant de devenir le directeur de cabinet du maire du Tampon, André Tien Ah Koon, Didier Robert va s’engager en tant que volontaire civil aux services techniques de la mairie. Ce cadre de l’administration va connaître très vite une ascension politique rapide. De 1998 à 2005, Didier Robert se forme auprès des ténors de la droite, d’abord au sein du cabinet de Jean-Luc Poudroux, le président du conseil général, puis à la direction du cabinet d’Alain Bénard, maire de Saint-Paul. En 2006, il devient le maire du Tampon à la suite des déboires judiciaires d’André Tien Ah Koon déclaré inéligible. Petit à petit, Didier Robert va accumuler les victoires électorales. Lors des élections législatives de 2007, il sera élu député de la 3ème circonscription de la Réunion jusqu’en 2010. Trois ans plus tard, il s’aligne comme tête de liste lors des élections régionales de 2010, à une période où sa côte de popularité est au beau fixe. En juillet 2014, il devient sénateur de la Réunion à la suite de la démission de Jacqueline Farreyrol. Prenant comme argument la carte de la jeunesse, il réunit autour de lui plusieurs maires de droite en écartant Jean-Paul Virapoullé, un autre ténor de la droite depuis 40 ans. Réélu sans difficulté dimanche dernier, Didier Robert, âgé de 51 ans, confirme sa place désormais de chef de file de la droite réunionnaise.

Seul candidat à sa propre succession

Avec 29 voix en sa faveur, le président de région retrouve sans surprise son siège d’exécutif de la collectivité. « Aujourd’hui, après le vote de confiance que vous avez bien voulu m’accorder, je suis le président du Conseil Régional de La Réunion, celui de tous les Réunionnais et c’est une fois encore avec tous les Réunionnais que je veux porter notre projet » a-t-il déclaré. Pour ce nouveau mandat de 6 ans, Didier Roberte a dévoilé les grandes lignes de l’action régionale. D’abord, il a mis l’accent sur le renforcement la politique régionale sportive avec la rénovation et construction d’équipements sportifs, le renforcement de la mobilité nationale et internationale des sportifs réunionnais et « la création d’un Institut Régional du Sport de Haut Niveau ». Ensuite, il entend développer entre autres, « un passeport réussite » pour les étudiants, lancer la 2eme génération des Grands chantiers, « libérer les énergies et les entreprises »

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment