[Decriptage et Analyse] Nouvelle-Calédonie : Référendum du 4 octobre, les campagnes des divers camps sont lancées

No Comment

©Outremers360 (archives)

Alors que l’échéance du second référendum approche, les différents partis et groupements de partis se sont tous mis en ordre de marche. Les positions se cristallisent et les débats se tendent, notamment sur la vision proposée pour l’avenir du territoire. Les tensions sont palpables alors que le résultat du vote s’annonce indécis. Le point aujourd’hui, à 7 semaines du vote tant attendu. 

Initialement prévu le 6 septembre 2020, mais repoussé au 4 octobre de la même année en raison de la crise sanitaire du Covid-19, le référendum pour l’indépendance du territoire reste la grande échéance très attendue, avec une certaine incertitude pour la majorité des Calédoniens. La première consultation du 4 novembre 2018 avait surpris les observateurs par un résultat serré. Le Non l’avait emporté avec 56,7%, pour une participation au scrutin de 81%. Rappelons qu’en cas de victoire du Non à cette seconde consultation référendaire, un troisième et dernier vote sera effectué à l’horizon 2022, statuant définitivement sur la question de l’indépendance de l’archipel.

La campagne pour le OUI

UC-FLNKS et Nationalistes (Union Calédonienne – Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste et Nationalistes), UNI-Palika (Union Nationale pour l’Indépendance et Parti de Libération Kanak), MNSK (Mouvement Nationaliste pour la Souveraineté de Kanaky). Ces trois groupements se situent entre gauche et extrême gauche de l’échiquier politique Néo-calédonien. Ils seront les principaux défenseurs du OUI lors du référendum. Si l’objectif est commun, il existe des nuances dans le discours, le projet, et la stratégie à adopter à l’approche du vote.

UC-FLNKS et Nationalistes est connu par beaucoup comme le groupement le plus emblématique, mais aussi le plus divisé dans ses prises de position. Entre modération du FLNKS, et positions plus tranchées de l’UC. Si les dissensions furent nombreuses par le passé, le discours s’est harmonisé et modéré, même si certains désaccords restent encore palpables aujourd’hui au sein du parti.

L’UNI est né de dissensions au sein de l’UC-FLNKS en 2001. Reprochant à l’époque l’approche trop radicale de l’UC, l’UNI s’est positionnée comme un groupement indépendantiste modéré, souhaitant maintenir un dialogue permanent avec l’État les anti-indépendantistes.

Le MNSK est le plus récent des groupements indépendantistes, crée en juillet 2020, association du MNIS (Mouvement Nationaliste Indépendantistes et Souverainiste) et du Parti Travailliste (PT). Sa ligne politique concernant la campagne référendaire n’est pas encore fixée, puisque son congrès constitutif est prévu pour le 4 octobre.

Nouvelle-Calédonie : création d’un nouveau mouvement indépendantiste, le MNSK

Le MNIS prône un sortie de la bipolarité du débat sur l’indépendance, alors que le PT s’est parfois montré plus radical dans ses prises de position. Ce dernier avait d’ailleurs prôné la non-participation au premier référendum d’autodétermination.

Dans les faits récents, le FLNKS a présenté mardi 4 août son « projet bonifié », un livret regroupant les propositions et directions souhaitées par le parti en vue de l’indépendance du territoire. Il entend ainsi apporter des réponses aux préoccupations des Calédoniens sur la vision et le projet du parti. L’UNI quant à lui était en réunion de travail de ses différentes composantes (UPN, Palika et UNID) à Bourail ce lundi 10 août autour de la campagne référendaire.

La campagne pour le NON

Les Loyalistes et Calédonie Ensemble sont les principaux représentants de la campagne pour le NON à l’indépendance. Le spectre politique se situe majoritairement au centre droit et droite. L’extrême droite est présente avec Le Rassemblement National au sein de la coalition des Loyalistes.

Les Loyalistes est un groupement de 6 partis politiques, parmi lesquels l’AEC majoritaire en province Sud, ayant souhaité l’union et la convergence des forces en présence pour défendre le NON lors de l’échéance du 4 octobre. Divisés lors de la première consultation référendaire, ils affichent une union visant à contrer l’influence des partisans de l’indépendance.

Calédonie Ensemble, fondé en 2008 de dissensions au sein du parti l’Avenir Ensemble, représentait le parti Néo-calédonien le plus important en terme de voix au différents scrutins entre 2012 et 2019. Il fut récemment critiqué pour des prises de positions générant des dissensions au sein du camp anti-indépendantiste, mais base sa doctrine sur le dialogue et le respect dans les échéances référendaire à venir.

Ce dimanche 9 août, Les Loyalistes étaient en campagne à Voh, à la plage de Gatope, pour un pique-nique qui a réunit entre 300 et 500 personnes, afin de débattre de leur projet et programme d’avenir commun. L’enjeu : mobiliser les électeurs de « la brousse » après avoir réuni plusieurs milliers d’urbains à Nouméa. Calédonie Ensemble a, de son côté, organisé une réunion au sein de l’université de Nouméa vendredi 7 août, prônant une campagne référendaire basé sur le respect et le dialogue, constatant le climat de tension plus prononcé que lors du premier vote de 2018

Par Damien Chaillot

Campagne électorale : Les recommandations du CSA

Le CSA a mis en ligne sa recommandation destinée aux services de télévision et de radio en vue de la consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté le 4 octobre prochain, rapporte le site Megazap. Ces règles entreront en vigueur à compter du 24 août 2020.

En application portant convocation des électeurs et organisation de la consultation sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie, la campagne en vue de la consultation est ouverte le lundi 21 septembre 2020, à zéro heure, et prend fin le vendredi 2 octobre 2020, à minuit. Préalablement à la campagne en vue de la consultation, la présente recommandation instaure une période allant du lundi 24 août 2020 jusqu’à la veille de l’ouverture de la campagne en vue de la consultation, le dimanche 20 septembre 2020.

Au cours de chacune de ces deux périodes, les dispositions suivantes s’appliquent :

Les services de radio et de télévision veillent à ce que les partis et groupements bénéficient d’une présentation et d’un accès à l’antenne équitables. Le cas échéant, ils veillent également à rendre compte dans des conditions équitables de la pluralité des positions exprimées au sein d’un même parti ou groupement politique. Ils veillent aussi à assurer une pluralité d’opinion en ce qui concerne l’accès à l’antenne des personnes ne se rattachant pas à des partis et groupements politiques.

Conformément à la jurisprudence du Conseil d’Etat, les interventions éventuelles du Président de la République qui, en raison de leur contenu et de leur contexte, relèvent du débat politique lié à la consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté, notamment celles qui comportent l’expression d’un soutien envers un parti ou groupement politique, font l’objet d’un relevé distinct. Les éditeurs en tiennent compte en veillant à ce que les autres partis ou groupements politiques bénéficient, en contrepartie, d’un accès équitable à l’antenne.

Les comptes rendus, commentaires et présentations auxquels donne lieu la consultation doivent être exposés par les rédactions avec un souci constant de mesure et d’honnêteté. Les radios et TV veillent à ce que le choix des extraits des déclarations et écrits des représentants des partis et groupements politiques et des personnes ne se rattachant pas à des partis et groupements politiques, ainsi que les commentaires auxquels ils peuvent donner lieu, n’en dénaturent pas le sens général.

Les chaînes de télévision veillent à indiquer systématiquement l’origine des images quand elles n’émanent pas de l’éditeur lui-même. Et les radios et télés veillent à ce que l’utilisation d’archives audiovisuelles concernant des personnalités de la vie publique :

– ne donne pas lieu à des montages ou utilisations susceptibles de déformer le sens initial du document ;

– soit systématiquement assortie de la mention de leur source et de leur date.

Les services de radio et de télévision suivants transmettent au Conseil supérieur de l’audiovisuel, par voie électronique, les relevés des temps de parole des représentants des partis et groupements politiques et des personnes ne se rattachant pas à des partis et groupements politiques :

– Nouvelle-Calédonie La 1ère (radio et télévision) ;
– Caledonia ;
– NC9 ;
– Fréquence Nord FM ;
– NRJ Nouvelle-Calédonie ;
– Océane FM ;
– Radio Baie des Tortues ;
– Radio Djiido ;
– Radio Rythme Bleu (RRB) ;
– Radio Hmelöm.

Ils procèdent à cette transmission selon le calendrier suivant :

1ère période (du 24 août au 4 septembre): Période relevée / Dates de transmission

Du 24 août au 4 septembre / Le 7 septembre
Du 24 août au 11 septembre / Le 14 septembre
Du 24 août au 20 septembre / Le 21 septembre

2ème période (du 22 octobre au 2 novembre 2018) : Période relevée / Dates de transmission

Du 21 au 27 septembre / Le 28 septembre
Du 21 au 30 septembre / Le 1er Octobre
Du 21 septembre au 2 octobre / Le 5 octobre

Les autres services de radio et de télévision communiquent au Conseil supérieur de l’audiovisuel, à sa demande et pour la période qu’il indique, tous les éléments relatifs aux temps de parole des partis et groupements politiques et des personnes ne se rattachant pas à des partis et groupements politiques.

La société France Télévisions, pour les services de radio et de télévision Nouvelle-Calédonie La 1ère, veille à favoriser l’accès (par sous-titrage adapté ou langue des signes) des personnes sourdes ou malentendantes aux principaux programmes consacrés à l’actualité de la consultation diffusés aux heures de forte audience.

Les radios et TV veillent, s’agissant de la publicité en faveur du secteur de la presse, à ne pas diffuser de messages publicitaires de nature à fausser la sincérité du scrutin. Seraient susceptibles d’être considérés comme tels des messages publicitaires comportant des références, verbales ou visuelles, aux enjeux de la consultation et veillent à ne pas diffuser de messages publicitaires en faveur d’ouvrages littéraires dont l’auteur est directement concerné par la consultation ou dont le titre ou le contenu sont liés aux enjeux de cette consultation.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel procèdera à un tirage au sort, à son siège, destiné à fixer l’ordre de passage des émissions de la campagne pour chacun des jours de diffusion. Le résultat du tirage au sort sera publié au Journal officiel de la République française et au Journal officiel de la Nouvelle-Calédonie.

Il délèguera l’un de ses membres en Nouvelle-Calédonie à l’occasion de la campagne. La société France Télévisions désignera un coordonnateur pour les opérations de production et de diffusion des émissions de la campagne. La société France Télévisions assurera la production des émissions de la campagne. Les émissions de la campagne seront produites à l’hôtel Château Royal, sis promenade Roger-Laroque, 98807 Nouméa Nouvelle-Calédonie.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data