Alain Juppé en Nouvelle-Calédonie: « La Nouvelle-Calédonie doit rester dans la France ! »

No Comment

©Outremers360

Arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi en Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire Les Républicains, a débuté son séjour par un hommage à Jacques Lafleur avant d’aller à la rencontre des élus calédoniens.

Après le recueillement de François Hollande sur la tombe du premier député tahitien Pouvanaa a Oopa et celui de Manuel Valls sur les tombes du Kanak Jean-Marie Tjibaou et de Jacques Lafleur, Alain Juppé a, à son tour, rendu hommage à ce dernier, personnalité ultramarine peu connue au niveau national mais qui a eu une influence considérable sur le destin calédonien. Premier président de l’Assemblée de la province Sud, député de la Nouvelle-Calédonie et président de la province Sud, entre autres, Jacques Lafleur fut un des artisans des Accords de Matignon, aux côtés de Michel Rocard et Jean-Marie Tjibaou. Attaché à une Nouvelle-Calédonie au sein de la République, il était un proche de Jacques Chirac et un des fondateurs du RPR, avec le polynésien Gaston Flosse, notamment. C’est donc tout naturellement qu’Alain Juppé a débuté son séjour électoral en Nouvelle-Calédonie par un dépôt de gerbe sur sa tombe.

Alain Juppé rend hommage à Jacques Lafleur ©Outremers360

Alain Juppé rend hommage à Jacques Lafleur ©Outremers360

Dès 10h15, le candidat à la primaire Les Républicains a rencontré le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie (équivalent du Préfet), Thierry Lataste. Avec ce dernier, il s’est entretenu pendant une demi heure sur les spécificités et les problèmes liés à la Nouvelle-Calédonie. Dans la foulée, Alain Juppé a rencontré la députée-maire de Nouméa Sonia Lagarde, également élue du parti Calédonie Ensemble, un des soutiens du candidat en Nouvelle-Calédonie. Ils ont notamment évoqué les problèmes d’insécurité à Nouméa et dans le Grand Nouméa. La capitale de la Nouvelle-Calédonie concentre à elle seule 40% de la population calédonienne et les affrontements entre communautés sont fréquents. A l’issue de cet entretien, Alain Juppé s’est rendu sur la Place des Cocotiers pour un bain de foule et surtout, un nouvel hommage aux victimes de l’attentat de Nice. L’occasion pour le candidat de rencontrer les Calédoniens et mesurer sa popularité sur le Territoire.

Alain Juppé sur la Place des Cocotiers à Nouméa. Le candidat à la primaire Les Républicains y a rendu un nouvel hommage aux victimes de l'attentat de Nice avant un petit bain de foule ©Outremers360

Alain Juppé sur la Place des Cocotiers à Nouméa. Le candidat à la primaire Les Républicains y a rendu un nouvel hommage aux victimes de l’attentat de Nice avant un petit bain de foule ©Outremers360

Dans l’après-midi, Alain Juppé s’est rendu à Païta pour une rencontre avec la très forte communauté wallisienne et futunienne de Nouvelle-Calédonie. Le candidat a évoqué la desertification de l’archipel de Wallis et Futuna, « nous devons travailler ensemble pour tout faire pour le développement de Wallis et Futuna, afin de permettre à la jeunesse de cette île de rester« , a-t-il déclaré. En effet, la communauté wallisienne et futunienne est plus importante hors de l’archipel que dans l’archipel. Il est également revenu sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, qui doit se prononcer par référendum avant fin 2018, « je comprends l’inquiétude des Calédoniens concernant la sortie de l’accord de Nouméa« , poursuivant, « j’ai une conviction, que la Nouvelle-Calédonie doit rester dans la France !« . Enfin, Alain Juppé a fait part de son attachement pour la culture: « Il faut absolument que la culture des Outre-mer soit mis en avant ! Je ferai prochainement des propositions en ce sens !« , a-t-il assuré.

Devant la communauté wallisienne et futunienne de Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé est revenu sur l'avenir institutionnel du Territoire ©Outremers360

Devant la communauté wallisienne et futunienne de Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé est revenu sur l’avenir institutionnel du Territoire ©Outremers360

Alain Juppé s’est ensuite entretenu avec le Président du gouvernement Philippe Germain, avec qui il est revenu sur l’avenir institutionnel, la situation économique et l‘industrie du nickel, toujours en crise. Dernière étape de cette première journée en Nouvelle-Calédonie: une rencontre à huis clos avec des chefs d’entreprises calédoniens. Demain, vendredi 22, Alain Juppé est attendu à l’Université de la Nouvelle-Calédonie pour une réunion publique à 18 heures.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment