À La Réunion, le rachat de Vindémia par le groupe Hayot fait réagir

No Comment

Il s’agit de la plus importante opération de fusion-acquisition en Outre-mer jamais examinée par l’Autorité de la concurrence. En donnant son autorisation « sous conditions » au groupe Bernard Hayot pour le rachat de Vindémia, l’Autorité a forcément fait réagir sur ce dossier sensible de l’économie réunionnaise. 

« C’est une mauvaise nouvelle pour La Réunion », a estimé la députée PS et ancienne ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, qui « prend acte de la décision de l’Autorité de la concurrence ». « Une fois de plus, notre territoire perd le contrôle sur la destinée de son économie », a-t-elle estimé dans son communiqué, soulignant « un échec pour la stratégie économique régionale ». « C’est d’année en année le recul de l’actionnariat majoritaire réunionnais dans la majeure partie des grands secteurs économiques ».

De son côté, le député de la France insoumise Jean-Hugues Ratenon se montre plus virulent. Selon lui, « ce bizness entrainera par la suite une situation de monopole dans le domaine de la grande distribution et renforce dès à présent le monopole économique ; en plus que le groupe GBH est en position dominante dans d’autres secteurs ».

« Il convient de prendre des garanties pour imposer une situation concurrentielle dans les grandes surfaces alimentaires à La Réunion » a estimé de son côté le député LR David Lorion. « Nous devons être capable de faire respecter ces obligations liées à l’autorisation de rachat », poursuit-il dans son communiqué. Pour le groupe Caillé, un autre acteur de la grande distribution à La Réunion, « cette décision est regrettable car elle va à l’encontre des intérêts de l’économie réunionnaise et des promesses faites par le Gouvernement en matière de contrôle des monopoles ».

« Un soulagement »

Du côté des syndicats, « c’est un soulagement », commente Joël Dalleau, secrétaire général de la CFDT commerce et services. « C’est une décision que nous attendions depuis très longtemps, notamment par rapport aux salariés qui étaient dans l’attente » explique-t-il. « Les conditions fixées par la haute autorité sont satisfaisantes ».

« Chez Force Ouvrière, on n’a pas été opposé au rachat de Vindémia » a indiqué Eric Marguerite, secrétaire général du syndicat à La Réunion. « Ce qui nous intéresse, c’est la situation des salariés, la priorité c’est la préservation des emplois. Si Hayot donne des gages pour préserver les emplois, il n’y a pas de soucis ». « Sur le fond, les conditions posées étaient qu’il n’y ait pas de plan social et de garder les avantages acquis. À partir de là il faudra suivre la situation pour voir si les choses sont respectées », déclare de son côté Jean-Yves Hoareau, président de l’union région CFTC.

Rachat de Vindémia par Hayot : « L’opération n’aura aucun effet négatif pour le consommateur », assure la présidente de l’Autorité de la concurrence

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data