Un Médipôle tout numérique en Nouvelle-Calédonie

No Comment

Alors qu’il devrait accueillir son premier patient le 14 novembre, le Médipôle de Koutio en Nouvelle-Calédonie a fait un point sur les équipements modernes dont il devrait être doté: fibre optique, transports automatisés ou encore, système anti-incendie dernier cri.

Achevé en janvier 2016, le Médipôle peaufine ses installations avant d’accueillir son premier patient le 14 novembre tandis que la fin des transferts des activités est acté pour le 23 décembre. «Pour Noël, on ferme Gaston-Bourret, l’ancien hôpital colonial et la clinique Magenta », a déclaré Dominique Cheveau, directeur du Centre hospitalier territorial (CHT). Avant l’ouverture définitive, il reste encore des points à finaliser comme l’analyse de la qualité de l’air et de l’eau et l’examen des installations informatiques et électriques. « Il y a derrière tout un back-office important pour que la totalité du fonctionnement soit transparent pour les patients, les médecins et les infirmiers », a affirmé Dominique Cheveau aux Nouvelles Calédoniennes.

Depuis début 2016, le Médipôle « marche à blanc« . La centrale de sécurité incendie est testée par les équipes techniques, sous le patronage d’un contrôleur technique. Ainsi, tous les détecteurs de fumées et installations de désenfumage sont testées. Ces dispositifs seront appuyés par un point de contrôle « surveillance« , qui aura l’œil sur toute la mégastructure hospitalière grâce à un réseau de caméras de surveillance. Le Médipôle de Koutio sera de surcroît équipé de 1 300 m² de panneaux photovoltaïques, de 12 tours de refroidissement et de 200 centrales de traitement de l’air. Egalement achevé, le système de production de chaud et de froid sera régulièrement contrôlé. « Nous entrons dans une phase de qualification opérationnelle. On fait des prélèvements toutes les 48 heures pour s’assurer qu’il n’y a pas de pollution dans l’eau », a indiqué Claire Lafitte, directrice des services techniques.

Le Médipôle sera équipé de transports automatisés ©Jacquotte Samperez / Les Nouvelles Calédoniennes

Le Médipôle sera équipé de transports automatisés ©Jacquotte Samperez / Les Nouvelles Calédoniennes

De leur côté, les techniciens et ouvriers préparent les salles de réanimation en donnant « les derniers coups de vis aux doubles bras articulés qui vont appareiller les futurs lits« . « Nous avons encore un certain nombre d’ajustements techniques », précise Claire Lafitte. Il faut, par exemple, valider les 8 000 prises électriques du Médipôle, certifié Haute qualité environnementale. Unique bâtiment calédonien à être équipé de la fibre optique, il sera piloté par logiciel « qui permettra de suivre à distance toutes les installations techniques et de corriger en temps réel les dysfonctionnements« , dans un souci d’économie d’énergie.

Entamés il y a près de cinq ans, les travaux du Médipôle ne furent pas un « long fleuve tranquille« . « Toutes les semaines on a un coup de stress, mais à chaque fois on a une réponse dynamique des entreprises en face. On n’a jamais eu besoin de faire une mise en demeure. Sur un chantier de cette taille-là, c’est exceptionnel », conclut Dominique Cheveau.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment