Un enregistrement pirate sur le marché noir de la bière fait scandale en Nouvelle-Calédonie

No Comment

©Blog « Un jour en Nouvelle-Calédonie »

Une enquête a été ouverte après la diffusion sur internet d’un enregistrement pirate, qui fait scandale, révélant les pratiques commerciales d’un important brasseur de Nouvelle-Calédonie pour fournir le marché noir de la bière, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Nouméa.    

Cette affaire intervient alors que le gouvernement calédonien a déclaré la lutte contre l’alcoolisme « Grande cause territoriale », en raison des dégâts grandissant de la consommation massive d’alcool dans la société. Depuis 2008, la vente d’alcool est interdite le mercredi après-midi et le week-end, ce qui a généré une hausse des ventes sous le manteau. L’enregistrement devenu viral dans l’île a été mis en ligne sur une page Facebook « Stop Vie chère » par un ancien commercial de l’entreprise. On y entend les responsables de la société calédonienne Le Froid, producteur de bière notamment, élaborer des stratégies pour pénétrer le marché des ventes illicites.

« On a du mal à entrer dans le marché noir », explique le directeur général tandis qu’une commerciale rapporte qu’elle a « monté un partenariat (sur le marché de Lifou, ndlr) avec un responsable d’association pour vendre de la bière derrière ». « C’est ce que j’appelle l’intelligence commerciale », déclare-t-elle. Le chef des ventes incite ensuite ses équipes à démarcher « les clients qui jouent avec la loi », leur recommandant « de venir lui en parler s’ils ont des états d’âme ». L’approvisionnement de vendeurs n’ayant pas de licence pour commercialiser de l’alcool est également préconisé.

Interrogé par la télé NC 1ère, le directeur général de la société Le Froid n’a pas nié l’authenticité de l’enregistrement, mais a en revanche nié « toute implication dans le marché noir », affirmant que « ces informations étaient sorties de leur contexte ». Visiblement embarrassé, il a expliqué que dans un mail émanant du directeur commercial, rendu public, le mot « marché noir » a été écrit « malencontreusement, au lieu d’écrire revendeur en vrac ».

Inquiet par ces révélations qui indiqueraient « un approvisionnement du marché noir (par) une stratégie commerciale pratiquée à grande échelle », le gouvernement calédonien a saisi le procureur de la République. Selon des informations de la direction des affaires économiques, deux industriels calédoniens, Le Froid et GBNC se partagent 98% du marché calédonien de la bière et bénéficient de protections tarifaires pour faciliter l’écoulement de leurs propres marques. Cette affaire éclate également en même que le vote par le Congrès de la Nouvelle-Calédonie d’un Plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance.

2018-03-12CP-vente-illégale-d27alcool-2

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment