Un arrêté limite la teneur en sucre des produits locaux outre-mer

No Comment

©Jean-Michel André / AFP

Un arrêté, publié mardi au journal officiel limite la teneur maximale en sucre ajouté dans les produits locaux distribués exclusivement en Outre-mer, trois ans après le vote de la loi Lurel y interdisant la distribution de produits agro-alimentaires plus sucrés qu’en métropole.

L’arrêté, en date du 9 mai 2016, précise que « la teneur en sucres ajoutés des denrées alimentaires de consommation courante », distribuées dans les Départements d’outre-mer et dans les Collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon, mais non distribuées en France hexagonale, « ne peut pas être supérieure à la teneur en sucres ajoutés la plus élevée constatée dans les denrées alimentaires » de la même famille « les plus distribuées en France hexagonale ». Cet arrêté, signé des ministères de la Santé, de l’Agriculture, de l’Economie, des Outre-mer et du Commerce, recense la liste de tous les produits locaux concernés, notamment les sodas, yaourts, biscuits, glaces, gâteaux, céréales du petit-déjeuner, chocolats et barres chocolatées.

Les problèmes de surpoids et d'obésité, notamment dus à l'importation et à la consommation de produits sucrés, sont de véritables fléau das les Outre-mer ©DR

Les problèmes de surpoids et d’obésité, notamment dus à l’importation et à la consommation de produits sucrés, sont de véritables fléau das les Outre-mer ©DR

« Une nouvelle étape » vient d’être franchie « en matière d’égalité d’accès à une offre alimentaire de qualité dans les Outre-mer », a salué mardi le député de Guadeloupe et ancien ministre des Outre-mer, Victorin Lurel. Il est à l’origine d’une loi, adoptée en juin 2016, interdisant la distribution en Outre-mer de produits alimentaires dont la concentration en sucre est supérieure à celle des mêmes produits vendus en France hexagonale. Désormais, l’arrêté permet « de fixer, pour les produits locaux, une teneur maximale en sucre pour les denrées alimentaires distribuées exclusivement dans les Outre-mer », s’est-il félicité, soulignant que « plusieurs études scientifiques montraient la nécessité de réguler la teneur en sucres des produits locaux, et singulièrement les sodas, qui sont souvent 10 à 50% plus sucrés que des produits comparables distribués en Hexagone ».

Pour M. Lurel, cet arrêté « concrétise l’engagement n°11 du candidat François Hollande en 2012 assurant un égal accès à une consommation saine dans les Outre-mer » et « marque la volonté du gouvernement d’agir contre la prévalence de l’obésité outre-mer qui touche, notamment, 10,5 % des enfants des quatre départements d’outre-mer, contre 3% des enfants en France hexagonale ».

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment