Santé : La Guadeloupe et la Martinique s’apprêtent chacune à recevoir leurs cyclotrons

No Comment

© DR

La livraison des cyclotrons aux Antilles avance. La Guadeloupe recevra le sien au cours du mois d’octobre 2017. Quant à la Martinique, la Collectivité a signé  avec le Centre hospitalier universitaire une convention de financement de son équipement. 

Plus d’un an et demi après la promesse de François Hollande d’installer deux cyclotrons en Guadeloupe et en Martinique, la mise en place de ces appareils destinés à diagnostiquer les pathologies cancéreuses entre dans sa phase de concrétisation. Le 16 janvier dernier, le président du conseil exécutif  de la CTM (collectivité territoriale de Martinique) Alfred Marie-Jeanne a signé une convention de subvention  d’un montant de 11, 602 millions € au Centre hospitalier de la Martinique. Aidé par la collectivité,  l’établissement hospitalier aura la charge de construire un bâtiment,  d’installer l’équipement du cyclotron puis d’assurer sa mise en service et son fonctionnement. Le TEP SCAN qui complète le diagnostic du cyclotron sera financé par l’Etat.

© Collectivité Territoriale de Martinique

© Collectivité Territoriale de Martinique

Un Cyclotron martiniquais à vocation régionale

Dans son discours, le président de l’exécutif a souligné « l’urgente nécessité d’implanter un Cyclotron à vocation régionale ». Il poursuit en ajoutant « l’implantation de ce cyclotron de moyenne énergie de 15 à 18 Mev (mégaélectronvolt) et de la TEP-Scan sur le site du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique vise également dans le futur, à proposer une nouvelle offre de soins, capable de desservir les îles voisines de la Caraïbe ayant déjà manifesté leur intérêt pour une telle opération (exemple de Trinidad, Barbade, Antigua, Guyane). ».  L’implantation de cet outil sera également un atout pour la recherche scientifique. « Ce projet permettra de garantir une sécurité sanitaire et de rassembler les professionnels de santé autour d’axes de collaboration scientifique, de recherche en cancérologie et imagerie fonctionnelle au sein de la Caraïbe » précise la collectivité territoriale. Le  cyclotron devrait être opérationnel en décembre 2018.

Sur l’île voisine, le cyclotron guadeloupéen fait également « son bonhomme de chemin ». Depuis la première visite du Président du Conseil Régional en Guadeloupe en septembre dernier, le bâtiment destiné à accueillir le centre d’imagerie moléculaire de Guadeloupe a bouclé les derniers travaux de gros-oeuvre. Le cyclotron devait arriver dans le département d’ici un mois afin de tester son fonctionnement. Le cyclotron devrait être mis en service d’ici novembre 2017 et prendre en charge 1800 à 2500 patients par an. Pour rappel, plus de 1700 nouveaux cas de cancer sont détectés chaque année en Guadeloupe. Parmi les plus fréquents, on retrouve le cancer de la prostate, le cancer du sein et le cancer du colon.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment