Salon du Livre 2017 : Les littératures africaine et ultramarine mises à l’honneur

No Comment

© DR

Le Salon du Livre se tient actuellement à la Porte de Versailles. Il refermera ses portes demain 27 mars 2017. Cette année le salon met à l’honneur les auteurs d’Afrique à travers la création du « Pavillon des lettres africaines ». Les Collectivités d’outre-mer participent également à cet évènement. Le salon offre donc une double opportunité pour aller à la rencontre des auteurs caribéens et africains.

 Pour la première fois depuis la création du salon, un pavillon des lettres africaines a été mis en place afin de promouvoir les auteurs africains et découvrir la littérature du continent, à l’initiative d’Aminata Diop Johnson (fondatrice et directrice du Pavillon des Lettres d’Afrique) et de l’agence Hopscotch Africa. Les écrivains africains souffrent d’un manque de visibilité médiatique qui les laisse trop souvent inconnus du grand public. Plusieurs pays du continent (Bénin, Cameroun, Congo Brazzaville, Côte d’ivoire, Guinée, Nigéria, Sénégal) se sont réunis afin de mener à bien ce projet. Pour cette édition, le thème retenu  est « Lire et écrire l’Afrique ». Divers auteurs sont présents ou font le déplacement. Parmi les plus célèbres, le congolais Serge Mabanckou ou le franco-rwandais  Gael Faye, lauréat du prix Goncourt des Lycéens en novembre 2016.

gaelfaye1

Les outre-mer se retrouvent une nouvelle fois au salon du livre afin de révéler leurs talents et la diversité de leur littérature. Tous les genres  sont représentés. Cette année, les écrivains font place aux personnages historiques avec le nouveau roman de Raphael Confiant consacré à Frantz Fanon « L’insurrection de l’âme Frantz Fanon, vie et mort du guerrier-silex ». Raphaël Confiant, militant de la cause créole depuis les années 70 est le premier martiniquais à avoir publié un roman en créole. La bande dessinée est également présente avec Félix Eboué, grâce à Serge Diantantu. qui retrace l’histoire de l’esclavage dans un projet soutenu par l’UNESCO.

 L’océan indien a connu aussi un temps fort grâce à la rencontre avec l’écrivaine mauricienne Nathacha Appanah, lauréate du concours Femina des lycéens et nommée aux Prix Médicis et Goncourt. Elle présente son roman « Tropique de la violence » qui traite de la violence sur l’île de Mayotte. Ce dimanche 26 mars, la ministre des outre-mer Ericka Bareigts participait à un dialogue avec Françoise Vergès sous le thème « Femmes en Outre-Mer ».

© Livre Paris

© Livre Paris

 L’île de La Réunion dispose d’un espace propre. Elle y présente la richesse de sa production éditoriale, jeunesse et bandes dessinées. Soutenue par La Région Réunion et la Direction des Affaires Culturelles de l’océan Indien (DAC-OI), La Réunion des livres (association interprofessionnelle des métiers du livre) œuvre depuis 2007 pour la promotion du livre et de la lecture auprès de tous les publics à La Réunion, dans la zone océan Indien et au niveau national.

L’Océanie fait également découvrir ses titres phares. La Région Océanie  réunit les acteurs de l’édition et du livre originaires de Polynésie française, avec l’Association des Éditeurs de Tahiti et des îles (AETI), et de Nouvelle-Calédonie avec la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie, qui sont réunis sur un espace commun : le Pavillon Océanien. Objectif: révéler des auteurs peu connus sur le territoire hexagonal. Dans cet espace, on remarque la présence de l’écrivain de Papouasie Nouvelle-Guinée Russel Saoba qui est le premier auteur papou à être édité en français.

Par Emilie Huygues-Beaufond

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment