Salon du Livre: Russell Soaba, premier auteur papou édité en Français

No Comment

©Jean-Philippe Yuam / REA

Le traditionnel Salon du Livre de Paris a ouvert ses portes ce vendredi 24 mars et ce, jusqu’à dimanche. Pour l’occasion, Outremers360 a rencontré Russell Soaba, auteur de Papouasie-Nouvelle-Guinée, dont le roman Maiba est la première oeuvre littéraire papou a être éditée en Français.

Publié en 1979, il faudra attendre 37 longues années pour que le roman Maiba de Russel Soaba soit édité en Français, une première. « C’est grâce à la maison d’édition Au Vent des Îles«  raconte Russell Soaba, « ils ont découvert Maiba et ont voulu le traduire en Français. Au Vent des Îles (maison d’édition polynésienne, ndlr), est un pont entre le Pacifique francophone et le Pacifique anglophone », poursuit-il reconnaissant de cette volonté de rapprochement. Par conséquent, Russel Soaba fait ses premiers pas dans l’Hexagone et voit ce Salon du Livre comme un coup de projecteur sur la littérature d’un Pacifique peu connu. « J’espère que Maiba rencontrera du succès, que les gens voudront la rencontrer et j’espère aussi ramener des choses avec moi ».

Outremers360 a rencontré Russell Soaba dans un hôtel de la Capitale. Une rencontre dont la rédaction s'en souviendra ©Outremers360

Outremers360 a rencontré Russell Soaba dans un hôtel de la Capitale. Une rencontre dont la rédaction s’en souviendra ©Outremers360

Pourtant, des auteurs comme Russell Soaba, la Papouasie-Nouvelle-Guinée n’en manquerait pas. « Mais en Papouasie, ce n’est pas structuré. Il n’y a pas d’imprimerie et notre ancienne « mère patrie » l’Australie est indifférente aux auteurs papous », regrette-t-il. « Ce n’est pas comme en Polynésie ou en Nouvelle-Calédonie où c’est structuré. Il y a des maisons d’édition, des imprimeries et la France met en avant la Culture, c’est important pour ce pays ». Toutefois, son roman Maiba, publié originellement en Anglais, est une référence dans les facultés de Lettres et de Philosophie du monde entier. « On l’étudie beaucoup dans les matières comme le colonialisme, le post-colonialisme et le néo-colonialisme » explique l’auteur, lui même professeur à l’Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Médiateur de son pays

Son roman Maiba raconte le parcours singulier d’une papou « à la fois jeune et ancestrale », forte et matriarcale, comme son pays. « Dernière d’une lignée de chefs, elle incarne discernement et bon sens dans une société instable », tiraillée entre tradition et modernité. Maiba, personnage principal de ce roman, sera le pont entre ces deux mondes. « Précédemment, les personnages de mes romans étaient des hommes. Je me suis dis qu’il serait intéressant de créer un personnage féminin, pour voir la différence. Bien sûr quand j’écrivais à l’époque, je n’ai pas pensé aux risques », explique Russell Soaba. « Quand on est un homme qui écrit sur les femmes, il y a des risques », risques qu’il a décidé de prendre malgré tout. « Ce sont surtout les femmes qui ont une certaine éducation qui ont été très critiques, c’est normal. Mais de de manière générale, les gens ont aimé le roman ».

©Au Vent des Îles

©Au Vent des Îles

Dans Maiba, Russell Soaba décrit une Papouasie-Nouvelle-Guinée en proie à « une violence absurde, où la coutume est manipulée à l’avantage du pouvoir, pas du progrès ». « Quand j’ai écris Maiba en 1979, la Papouasie n’était pas comme dans le roman, toute cette violence n’existait pas. Je me suis projeté, je l’ai imaginé et c’est effectivement ce que le pays est devenu », confie Russell Soaba, avec une pointe de fatalisme. Dans Maiba, on retrouve les traits, les caractéristiques de ce Pacifique peu connu, rongé par la pauvreté et l’exploitation excessive de cuivre et de bois. Le roman nous emporte dans les combats de son personnage principal, véritable médiateur de son pays. C’est d’ailleurs ainsi que Russell Soaba considère la mission d’un écrivain, « ce sont les médiateurs non officiels de leur pays ». En somme, Maiba est un chef d’oeuvre de la Littérature océanienne, celle qui pour la première fois de son Histoire, traverse l’Atlantique pour venir séduire l’Europe.

Maiba: Synopsis:

Maiba, dernière héritière d’une chefferie en désuétude et en proie au scandale, est négligée pendant l’enfance qu’elle passe dans la famille de son oncle et sa tante, mais elle bénéficie de l’amour et du respect de ses cousins Sibil et Royal Bob Rabobo. Peu à peu, la petite sauvageonne gagne en sagesse et réussit à rassembler le village qui est déchiré entre les forces opposées de la modernité et de la tradition. Alors que la stabilité séculaire de sa société s’effrite, Maiba prend conscience des faiblesses de sa communauté et réussit à enrayer la violence qui la menace. À travers les souffrances de Maiba, c’est toute la complexité d’un pays confronté à un monde diamétralement opposé à ses traditions qu’expose la plume poétique de Russell Soaba.

Extrait:

« Ouais, ils te flanqueront par terre dès les premières pluies, déchiquetteront ton cœur en lambeaux et rubans qu’ils tisseront en couronne sur ta tête délaissée ; ils renieront ta virginité et, sur toute l’étendue de ton pays natal, ils feront savoir que ton innocence est laide, ta liberté criminelle, que tes moyens de survie relèvent de la pure stupidité, que ta sagesse est démente et ton destin étrange. Mais je viendrai te chercher, mon amie, je viendrai en Mercedes Benz ».

Russell Soaba:

Né en 1950 à Tototo, dans la province de Milne Bay en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Russell Soaba a étudié en Australie et aux Etats-Unis, obtenu une maîtrise de lettres à la Brown University de Rhode Island et enseigne actuellement la littérature à l’Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Poète, essayiste, dramaturge et romancier, Russell Soaba est par ailleurs directeur de collection chez Anuki Country Press et anime le blog Soaba’s Storyboard.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment