Polynésie: Le Marae Taputapuatea inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO

1 Comment

©UNESCO

C’est fait. Ce dimanche 9 juillet, le Marae Taputapuatea a été inscrit au Patrimoine mondial lors de la 41ème session du Comité d’inscription au Patrimoine de l’UNESCO, à Cracovie en Pologne.

Une candidature « très bien préparée » a concédé le représentant du Portugal, à l’issue du discours de présentation du Marae Taputapuatea à l’ensemble de la 41ème session. Pour le Koweït, le Marae, centre civilisationnel du triangle polynésien, « mérite d’être inscrit » alors que les Philippines soulignent un « Monde maritime complexe et assez inhabituel », rappelant les racines austronésiennes du peuple Polynésien, également partagées par les Philippines et l’Asie du sud-est. Enfin, la République de Corée a constaté un site nécessaire à la « représentativité et la crédibilité de la liste du Patrimoine mondial ». Le Zimbabwe, la Tanzanie, la Pologne et la Jamaïque ont également défendu l’inscription du Marae Taputapuatea au Patrimoine mondial. Présent à la session, le Président de la Polynésie française Edouard Fritch a vivement remercié les représentants. Il était accompagné par son ministre de la Culture Heremoana Maamaatuaiahutapu, et de l’ancien sénateur polynésien Richard Tuheiava.

©Capture

©Capture

Dans son discours de remerciements, le Président de la Polynésie française a mis en avant l’importance du « paysage culturel Taputapuatea » pour l’ensemble du Pacifique: « Cette reconnaissance est pour notre fenua un moment capital, un moment historique qui consacre une civilisation polynésienne extraordinaire, celle de nos pères. Ces navigateurs aux étoiles qui partirent de Taputapuatea (…) sur le grand océan Pacifique Te Moana O Te Hiva ». « Nos pensées vont aux peuples frères du Pacifique car ce paysage culturel est aussi le leur », a-t-il rappelé. « Le prestigieux sésame qui vient de nous être décerné est un signe fantastique, mais également un défi. Nous nous engageons à préserver et à transmettre à nos enfants, nos générations futures mais aussi au monde ce bien ancestral, ce trésor qui est avant tout vivant et que nous voulons partager avec l’Humanité toute entière », a assuré Edouard Fritch. Sur Twitter, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a salué l’inscription du « berceau de la civilisation polynésienne ».

L’inscription du site de Taputapuatea est l’aboutissement d’une candidature préparée depuis plusieurs années. En février 2016, l’ancien Président de la République François Hollande avait notamment annoncé son soutien à la candidature du Marae Taputapuatea, qui fut « un centre politique, civilisationnel et spirituel » de la Polynésie ancestrale. Les représentants des Etats présents lors de cette session ont souligné la nécessité de préserver l’environnement culturel et naturel du site. Le Marae Taputapuatea devient ainsi le premier site de Polynésie française et le premier site culturel ultramarin à être inscrit sur la prestigieuse liste. Avant Taputapuatea, le lagon de la Nouvelle-Calédonie et les Pitons et cirques de La Réunion sont inscrits dans le volet « naturel ».

Après Taputapuatea, la Polynésie française pourra désormais pleinement se consacrer à la candidature de l’archipel des îles Marquises, à l’extrême nord de la Collectivité.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire