Polynésie française: Porte d’entrée potentielle de Zika pour le reste du monde

No Comment

La Polynésie française est une « porte d’entrée potentielle » des virus tels que Zika pour les autres régions du monde, selon des conclusions publiées mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

« Les raisons de l’émergence du virus Zika en Polynésie française sont inconnues, mais des conditions favorables comme l’absence d’immunité de la population avant l’introduction du virus et la présence d’au moins deux espèces de moustiques potentiellement vectrices (Aedes aegypti et Aedes polynesiensis) étaient présentes » lors de l’épidémie qui a sévi entre octobre 2013 et mars 2014, selon un bilan. La souche du virus Zika, qui a émergé aux Amériques et qui y circule depuis 2015, est « très proche génétiquement de celle qui a circulé dans le Pacifique et principalement en Polynésie française, laissant supposer une introduction au Brésil en provenance du Pacifique« , notent les chercheurs. La Polynésie française est ainsi « une porte d’entrée potentielle de ces pathologies pour les autres régions du monde, en particulier pour l’Europe et la France métropolitaine dans les zones où Aedes albopictus est implanté« , concluent-ils.

L'aedes polynesiensis, endémique des îles polynésiennes ©DR

L’aedes polynesiensis, endémique des îles polynésiennes ©DR

En 2014, et à la suite de la première épidémie mondiale de Zika qui a sévit en Polynésie française, le docteur biologiste Didier Musso et ses confrères alertaient déjà, « nous pensons que la circulation du virus Zika dans d’autres régions du Pacifique et au-delà est fortement probable. Le fait que de sévères complications puissent survenir souligne la nécessité de renforcer la surveillance de ce virus émergent et, dans l’éventualité d’épidémie, de mettre en place des protocoles stricts de surveillance des complications neurologiques (syndromes de Guillain-Barré) ou d’autres complications« . Un appel resté pourtant inaudible. Au magazine Le Point, Didier Musso dénonçait l’indifférence des autorités sanitaires hexagonales, « l’épidémie est passée inaperçue en métropole (…). Nous nous sommes « débrouillés » tout seuls pour isoler le virus, mettre au point les tests diagnostiques, prendre en charge les patients, faire face aux premières complications sévères que nous n’attendions pas« .

9035727-14354495

Sur la base des données épidémio-cliniques de l’épidémie, la moitié de la population polynésienne française a été contaminée par le Zika lors de cette épidémie même si seulement 11,5% des habitants ont consulté en raison de symptômes ou de complications. « Un travail de modélisation (mathématique) récent estime même le taux d’attaque global (la contamination, ndlr) à 94%« , selon les chercheurs. Jusqu’alors, on estimait que les deux tiers de la population polynésienne avaient pu être contaminés. Dans le détail, entre début novembre 2013 et début mars 2014, 69 complications neurologiques ou auto-immunes susceptibles d’être liées à Zika ont été identifiées, dont 42 cas de syndrome Guillain-Barré, survenus sur quatre mois alors que la Polynésie française en enregistre habituellement moins de cinq cas par an. Quelques cas de microcéphalies, crâne anormalement petit des foetus, ont été par ailleurs constatés. « Des enfants sont nés pendant cette période avec des anomalies cérébrales sévères, sans microcéphalie« , a en outre indiqué Henri-Pierre Mallet, responsable du Bureau de veille sanitaire en Polynésie.

Un nouveau-né atteind de microcéphallie ©Associated Press

Un nouveau-né atteind de microcéphallie ©Associated Press

« Une étude complémentaire portant sur des mamans et enfants nés sans anomalie détectée à la naissance est en cours sur une centaine de mères en Polynésie pour comparer les mères infectées et non infectées pendant leur grossesse, et rechercher d’éventuelles problèmes à distance chez les enfants nés sans anomalie détectée« , a-t-il ajouté, soulignant qu’aucun cas n’avait été « signalé à ce jour« . Le BEH est un bulletin de l’agence Santé publique France, ancien Institut de veille sanitaire -InVS- qui a fusionné avec deux autres organismes de santé. Aujourd’hui, immunisée, la Polynésie française reste « une mine d’information pour l’Organisation Mondiale de la Santé et les pays touchés« .

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data