Peuples Autochtones de Guyane : Des fonds et un nouveau statut pour assurer leur mission

No Comment

© Prefecture de Guyane

Lors de son premier jour de visite en Guyane, la Ministre des Outre-mer a annoncé  la mise à disposition d’un budget de 50 000 euros et une évolution du statut du Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinenge.

Quelques heures avant l’ouverture de la 12ème Conférence de Coopération Régionale, la Ministre des Outre-Mer George Pau-Langevin a rencontré les membres du Conseil Consultatif des Peuples Amérindiens et Bushinengés (CCPAB). Elle a notamment annoncé la mise en place d’un futur budget de 50 000 euros. Des moyens de fonctionnement qui répondent à l’objectif « d’assurer une meilleure représentation des populations autochtones de Guyane et de promouvoir leurs intérêts spécifiques ». Créé en 2008, le Conseil consultatif des peuples amérindiens et bushinengés a pour but de s’exprimer sur tout projet ou proposition de délibération du Conseil général, du Conseil régional ou de l’Etat, concernant l’environnement, le cadre de vie, et  les activités culturelles des populations amérindiennes et bushinenge. Mais l’ensemble des associations regroupées au sein du CCPAB réclament aujourd’hui une implication plus importante dans le processus décisionnel des politiques publiques menées sur le territoire.

Une meilleure participation qui passe par une évolution du statut de cette structure. La Ministre des Outre-mer a préconisé un transformation de ce conseil consultatif en « personne morale », lui permettant d’obtenir plus de droits mais des devoirs aussi. Pour George Pau-Langevin, ce renforcement de moyens d’actions ne peut passer au dessus des autres instances décisionnelles des politiques publiques. « Notre démocratie est fondée sur les corps intermédiaires » a rétorqué George Pau-Langevin. Il me semble normal que quand une partie de la population n’est pas en capacité de se faire entendre auprès des instances, on lui en donne les moyens » . Elle a également souligné le fait que  » le CCPAB n’a pas à se substituer aux communes, aux collectivités »,  rapporte le site Guyaweb. L’idée d’un changement de statut du CCPAB avait déjà évoqué plusieurs fois. D’abord dans le rapport sur le suicide des jeunes Amérindiens en Guyane remis le 30 novembre dernier. Ce rapport établi par la sénatrice Aline Archimbaud et la députée Marie-Anne Chapdelaine proposait de transformer le CCPAB en Grand Conseil Coutumier. Puis, plus récemment avec la députée guyanaise Chantal Berthelot. Elle a fait adopter un amendement le 7 mars, dans le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, en faisant le CCPAB comme « personne morale de droit public ». Pour  cette évolution de statut, la Ministre des Outre-mer a soumis l’idée d’un dépôt d’une proposition de loi par les parlementaires dans les prochains mois.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment