Mayotte: plus de 4.300 enfants étrangers placés en rétention administrative en 2015

No Comment

Quelque 17.500 personnes ont été placées en centre de rétention à Mayotte en 2015, dont 4.378 mineurs, ont annoncé mardi la Cimade et Solidarité Mayotte, deux associations travaillant sur l’accès aux droits des migrants, lors d’une conférence de presse.

Elles ont dénoncé à cette occasion les écarts qui subsistent entre le 101e département et le reste du territoire national, particulièrement sur la question des mineurs, puisque sur la même période, sur 27.947 placements en centre de rétention administrative (CRA) en métropole, seulement 105 étaient des mineurs, selon le rapport annuel sur les centres et locaux de rétention administrative de la Cimade. Sur les cinq dernières années, « 30 fois plus d’enfants ont été enfermés à Mayotte que dans tous les départements français » avec 21.436 placements à Mayotte contre 732 en métropole. Des mineurs qui sont ensuite expulsés du territoire en étant « rattachés arbitrairement à des adultes« , a expliqué Yohan Delhomme de la Cimade. Une situation « illégale » aussi dénoncée par Solidarité Mayotte qui coordonne l’accès aux droits au sein du nouveau CRA inauguré en septembre 2015. En effet, par une ordonnance du Conseil d’Etat actée en janvier 2015, de nouvelles mesures encadrant la situation des mineurs étrangers existent. La Préfecture de Mayotte doit « s’assurer de l’identité du mineur et de la personne qui y est rattachée, vérifier l’exactitude de leur filiation et garantir les conditions de leur prise en charge sur le lieu de destination« .

A Mayotte, les immigrés viennent principalement des Comores, îles voisines du 101ème département ©Richard Bouhet / AFP

A Mayotte, les immigrés viennent principalement des Comores, îles voisines du 101ème département ©Richard Bouhet / AFP

Mais les recours en contestation auprès de la préfecture ou du tribunal administratif restent difficiles à constituer car « seules 9% des personnes placées en rétention ont fait l’objet d’entretiens depuis novembre » alors que « 40 à 50 personnes » sont présentées au centre de rétention chaque jour, selon Solidarité Mayotte. En cause: des délais d’éloignement « extrêmement courts » – la durée moyenne de rétention au centre étant de « moins de 24 heures » à Mayotte contre « 3 jours en métropole« . Pour améliorer les conditions d’accès aux droits en rétention, les deux associations comptent sur l’entrée en vigueur au 1er novembre de la réduction du temps de saisine du juge des libertés et de la détention, passant de 5 jours à 48 heures. Dans ce contexte, « un étranger ne pourra être éloigné tant que le juge n’aura pas statué« . Néanmoins, « nous ne sommes pas à l’abri qu’une dérogation soit mise en place à Mayotte« , a prévenu Solidarité Mayotte.

©Anne Cantener / RFI

©Anne Cantener / RFI

Le 101e département subit une forte pression migratoire de l’archipel voisin des Comores, et particulièrement de l’île d’Anjouan, située à 70 km de ses côtes. En 2015, il y a eu plus de 19.000 reconduites à la frontières à Mayotte contre environ 20.000 sur tout le territoire métropolitain.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment