L’AGORAH, « un très bon outil d’observation et d’information géographique » à La Réunion, assure Jean-Louis Grandvaux

No Comment

©Outremers360

L’AGORAH, Agence d’urbanisme et d’analyse territoriale à La Réunion , fête cette année ses 25 ans. Pour l’occasion, Outremers360 a rencontré son premier Directeur, Jean-Louis Grandvaux, qui explique la genèse de l’Agence et l’objectif de sa création, mais aussi son importance pour le développement et l’aménagement de La Réunion.

« L’AGORAH a été créée en fin 1991 et a commencé à fonctionner en avril 1992 » raconte Jean-Louis Grandvaux. « Ça a été la volonté conjointe de l’Etat, du Département et de la Région de faire un outil pour observer La Réunion et faire de la prospective, de la planification et voir La Réunion plus loin ». Au fil des ans, « cet outil s’est développé rapidement et de façon très étroite avec les Collectivités. Petit à petit, d’autres partenaires nous ont rejoint et on a pu développer l’AGORAH pendant quelques années de façon importante ».

« A l’époque, il y avait une carence d’outils, de bureaux d’études, d’outils de réflexion sur La Réunion » reconnait Jean-Louis Grandvaux. « Donc on était les maîtres d’œuvre et un partenaire pour l’Etat, la Région et le Département. On apportait les idées avec une équipe assez large et multiforme et je pense qu’il y a toujours une réflexion intéressante au sein de l’AGORAH, qui a permis de contribuer à la création de beaucoup de choses : notamment le premier schéma d’aménagement régional qui a été réalisé avec l’aide de l’AGORAH », un outil « structurant de la volonté de développer La Réunion ».

Lire aussi: Semaine de la Mobilité: A La Réunion, il faut « favoriser l’interconnexion entre les différents modes de déplacement »

25 ans après sa création, cette volonté « existe toujours » assure Jean-Louis Grandvaux. Une volonté qui se traduit aujourd’hui par la nécessité « d’avoir un projet global pour La Réunion, une vision importante pour le développement et l’aménagement de La Réunion ». « Les réflexions associées aux études de l’INSEE et des autres partenaires ont permis d’avoir une bonne analyse de La Réunion sur plusieurs années », poursuit-il. Le premier Directeur de l’AGORAH en est convaincu, l’agence « reste un très bon outil d’observation et d’information géographique et c’est aussi un très bon outil d’analyse ». L’AGORAH « permet d’avoir une bonne vision de La Réunion et de se poser les bonnes questions au bon moment. En sachant qu’aujourd’hui on doit avec des moyens contraints, des financements qui sont beaucoup plus difficiles et on a toujours des défis qui sont majeurs » reconnait-il, « il faut penser juste et bien et l’AGORAH demeure un outil indispensable ».

En 2017, Jean-Louis Grandvaux perçoit « une volonté de rebondir ». « Il y a un véritable défi par rapport à La Réunion de demain. Beaucoup d’enjeux sont en cours et beaucoup de partenaires les ont relevés mais il faut aller encore plus loin. Il faut rationaliser les investissements, faire des choix et gouverner c’est choisir donc il faudra que l’AGORAH aide à cela », explique-t-il. « Nos décideurs ont besoin d’avoir des outils de ce type pour les accompagner justement car ils n’ont pas toujours le temps et le recul nécessaire pour prendre les bonnes décisions ». Aujourd’hui, l’AGORAH est présidée par Fabienne Couapel-Sauret et sa Direction est assurée collégialement par les Responsables des Pôles de l’agence, ce qui fait du management de l’AGORAH un modèle innovant et inédit. De son côté, Jean-Louis Grandvaux est devenu depuis Directeur de l’Etablissement public foncier de La Réunion.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment