La Réunion: Le gouvernement double les fonds pour la lutte anti-requins

No Comment

©Thierry Peres

Le ministère des Outre-mer a annoncé vendredi qu’il allait « doubler les financements du plan d’actions » anti-requins à La Réunion, les portant à 2 millions d’euros par an, afin de renforcer « la sécurité des zones pour la baignade et les activités nautiques ».

Depuis 2011, 21 attaques de requins se sont produites à La Réunion. Neuf d’entre elles ont été mortelles. Plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs. La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, qui s’était rendue en octobre à La Réunion, avait promis que l’État « apporterait des réponses » avant « la fin de l’année », face à la recrudescence des attaques de requins depuis 2011 sur le territoire, affirmant alors que « la priorité » était de redonner l’accès à la mer « en toute sécurité aux Réunionnais ».

Selon un communiqué, le doublement des financements va permettre une « amélioration de la sécurité des zones surveillées existantes pour la baignade et les activités nautiques et l’aménagement de nouvelles zones » sécurisées, ainsi que la « poursuite du programme sélectif de pêche de prévention en 2018-2021 », avec une participation de l’État « renforcée sur les actions de prélèvement des requins bouledogues », mais aussi un soutien « réaffirmé » à la réserve marine. La réserve est critiquée par les familles de victimes d’attaques de requins, qui soulignent que l’interdiction de toute pêche dans une large zone marine crée « un véritable garde-manger pour les requins ».
Autre mesure, le dispositif « vigies requins renforcées », dispositif déployant jet-skis, drones et plongeurs, pour la surveillance des entraînements des surfeurs licenciés, sera déployé « sur de nouvelles zones géographiques » et élargi « à de nouveaux publics pour contribuer au développement économique et touristique de La Réunion ».

Enfin, le plan d’action prévoit de renforcer « les moyens humains et financiers du centre de ressources et d’appui (CRA) pour la réduction du risque requin », et d’améliorer « les connaissances sur les requins tigres et bouledogues à des fins opérationnelles de réduction du risque ».
La baignade et toutes les activités nautiques hors lagon sont interdites par arrêté préfectoral depuis le 26 juillet 2013. Mais plusieurs attaques ont eu lieu car des personnes enfreignent cette interdiction.
L’annonce de la ministre des Outre-mer intervient alors que le « collectif des familles et proches des victimes de la crise requin » organisera le 25 février sur la plage de boucan Canot (côte ouest) un hommage aux victimes de squales.

Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment