La Réunion: Didier Hoarau, un Réunionnais sous les ors du Sénat

No Comment

Originaire de Saint-Pierre à la Réunion, Didier Hoarau travaille depuis un an comme adjoint maître d’hôtel au Sénat. Entre deux services, il nous parle de son parcours et de ses fonctions au restaurant du Palais du Luxembourg après une semaine où La Réunion était à l’honneur.

« Depuis petit, je savais que la restauration était un domaine fait pour moi. J’ai toujours apprécié le relationnel avec les clients et la cuisine. C’est tout naturellement que je me suis orienté vers le lycée hôtelier Le Centhor à Saint-Gilles-Les Hauts pour suivre une formation de 5 ans ».
Déterminé, Didier Hoarau enchaîne un CAP café-brasserie, une année de mention Barman puis un bac pro en hôtellerie-restauration. Après une première expérience de chef de rang à Saint-Pierre, il décide de tenter sa chance dans l’Hexagone. Un choix difficile mais qu’il ne regrette pas aujourd’hui. « Ça fait quatre ans que je suis à Paris. Dès mon arrivée, j’ai travaillé pendant trois ans comme chef de rang au sein du restaurant de « La Marée « dans le 8ème arrondissement. J’ai aussi intégré l’équipe du chef Christophe Saintagne dans son restaurant du 17ème arrondissement ».

180520_011500_4

« Une rigueur et une disponibilité en plus »

Il y a un an, l’ancienne directrice du restaurant « la Marée » où il a travaillé , lui propose un poste de maître d’hôtel adjoint au restaurant du Sénat. Didier Hoarau accepte et se lance dans cet univers particulier. « Maître d’hôtel adjoint est un poste à responsabilité assez complexe. Mon rôle consiste à les accueillir, prendre leurs commandes, veiller au bon déroulement du service.
Le restaurant du Sénat est avant tout un restaurant de travail. Nous accueillons uniquement les sénateurs qui sortent de leurs réunions, de leurs débats à l’hémicycle. Si le type de service est le même entre un restaurant gastronomique « traditionnel », travailler au sein du restaurant du Sénat , c’est vraiment un autre monde. Nous sommes vraiment là pour les sénateurs. C’est un service qui demande une certaine rigueur et une certaine disponibilité en plus, il faut également tenir compte des habitudes des sénateurs tout au long du service.

 

180520_011459_0

Toujours représenter la Réunion

La semaine dernière a été une semaine particulière pour ce jeune Réunionnais de 25 ans. Durant trois jours, du 13 au 15 mai, il a pu faire découvrir à ces clients habituels la gastronomie réunionnaise. « Dès mon arrivée au Sénat, mon patron m’avait expliqué que le restaurant du Sénat organisait tous les mois des semaines gastronomiques régionales. En tant que jeune Réunionnais, j’ai tout de suite pensé à l’organisation d’une semaine créole réunionnaise. ».

Amoureux de son île, Didier Hoarau a pu réalisé son rêve avec l’accord de son patron et le soutien de la sénatrice Nassimah Dindar et du Conseil Départemental. « C’était un gros challenge pour moi d’organiser ce type d’évènement. Mon but était de bien représenter la Réunion, de promouvoir mon île, mettre en valeur les produits de petits producteurs locaux de la Réunion tout en faisant voyager les sénateurs et le personnel du Palais du Luxembourg, à travers la gastronomie et la culture réunionnaise». Au menu, les sénateurs ont déguster entre autres des Camarons façon créole, chouchous péï, bisque de crustacé à la citronnelle, Velouté de lentilles de Cilaos, ou encore Volaille péi, purée de Manioc, sauce fruit de la passion.
« J’espère vraiment pouvoir reconduire cette opération les années suivantes et organiser d’autres types de manifestation au sein du restaurant pour toujours représenter la Réunion et mettre les produits réunionnais en avant ».

Capture d’écran 2018-05-20 à 13.27.33

 

Epanoui, Didier Hoarau espère pouvoir continuer à évoluer dans la restauration au Sénat. « Travailler au Palais du Luxembourg est une grande opportunité pour moi, le Sénat est une très belle vitrine française. C’est vraiment un poste que j’aime énormément et je ne compte pas pour le moment de changer d’établissement. Etre maître d’hôtel adjoint au Sénat et pouvoir organiser des événements comme la semaine de la gastronomie de la Réunion, représente un vrai atout pour moi ».

Didier Hoarau espère que son parcours inspira d’autres jeunes réunionnais et ultramarins. « Il ne faut pas hésiter à bouger, partir de son île pour découvrir de nouvelles expériences mais aussi montrer que la Réunion ou les outre-mer regorgent de jeunes talents », conclut-il.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés