Ariane 5: La trajectoire déviée de la fusée résulte d’un problème de paramétrage pas détecté

No Comment

©Cnes

La trajectoire anormale de la fusée européenne Ariane 5 lors de son lancement le 25 janvier depuis la Guyane française, est due à un problème de paramétrage qui n’a pas été détecté par les contrôles qualité, a annoncé vendredi Arianespace.

Près d’un mois après les faits, le mystère est enfin résolue. Fin janvier, Deux satellites de télécommunications, embarqués à bord de la fusée, avaient été mis en orbite, mais pas au bon endroit.L’anomalie de trajectoire avait conduit la fusée Ariane 5 à placer,sur une mauvaise orbite deux satellites de télécommunications, SES-14 pour l’opérateur luxembourgeois SES, et Al Yah 3 pour l’opérateur Yahsat des Emirats Arabes Unis.
« La cause de l’anomalie est parfaitement comprise et les recommandations clairement identifiées », déclare la société de services de lancement, en rendant publiques les conclusions de la Commission d’enquête indépendante mise en place au lendemain
de l’incident. Les deux satellites, qui sont en bonne santé, sont à présent en train de rejoindre leur position finale grâce à leurs propres systèmes de propulsion, précise Arianespace.

Les travaux de la Commission d’enquête, présidée par Toni Tolker-Nielsen, inspecteur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), « ont mis en évidence la nécessité d’accroître la robustesse du contrôle de certaines données utilisées pour la préparation
de la mission », indique Arianespace dans un communiqué.
Le constructeur ArianeGroup et sa filiale Arianespace « mettent en oeuvre immédiatement les mesures correctives » préconisées par la Commission d’enquête, ajoute la société.
Appliquées à la préparation du prochain tir d’Ariane 5, elles permettent d’envisager une prochaine mission du lanceur lourd en mars 2018, dans la foulée d’une mission
Soyouz.

Les deux satellites, qui sont en bonne santé, sont à présent en train de rejoindre leur position finale grâce à leurs propres systèmes de propulsion, précise Arianespace.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment