Tribune: Dans les Outre-mer aussi, la honte doit changer de camp!

No Comment

Au lendemain de la rencontre organisée au ministère des Outre-mer par la ministre Annick Girardin, à l’occasion du 8 mars, plusieurs personnalités féminines influentes ont rédigé une tribune en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes en outre-mer. Les signataires de la tribune ont également acté la création d’un groupe d’ambassadrices pour s’unir et combattre les violences faites aux femmes en outre-mer. Pour exprimer sa solidarité avec cette cause, Outremers360 publie intégralement cette tribune initialement diffusée sur le Huffington Post.

Parler des violences faites aux femmes, c’est soulever des questions douloureuses, souvent taboues, et c’est encore plus vrai dans les territoires d’outre-mer. Un rapport récent du Conseil Economique Social et Environnemental fait le point sur ces réalités qui doivent être regardées en face: oui, le volume des violences faites aux femmes est deux fois plus important en outre-mer que dans l’Hexagone.

En tant que femmes engagées, citoyennes d’outre-mer et de l’Hexagone, c’est notre rôle de souligner, sans le stigmatiser, cet intolérable état de fait.

Depuis plusieurs mois, les mentalités évoluent. Des milliers de femmes prennent la parole. Elles ont le courage de mettre des mots sur des violences cachées, subies, et bien réelles.

Grâce à elles, les vies de centaines de milliers d’autres ont pris un nouveau départ. Les réseaux sociaux sont depuis quinze ans à l’origine de profonds changements sociétaux dans le monde entier. Certains comportements sexistes qui paraissaient normaux sont remis en question. Bref ! Des révolutions s’opèrent dans les mentalités.

Nous voulons que les outre-mer bénéficient aussi de cette révolution.

Dans les outre-mer, les mesures d’éloignement sont par définition plus difficiles à appliquer. Les victimes et leurs agresseurs vivent en vase clos, tout le monde se connait et s’observe. A l’acte d’agression s’ajoute la honte, la pression, le regard des autres, qu’on ne peut pas fuir.

Si les faits de violence envers les femmes, sexistes, sexuels ou psychologiques s’avèrent plus nombreux dans les territoires ultramarins, il faut en connaître les causes.

Les violences faites aux femmes concernent toutes les couches de la société. Néanmoins, le chômage, la pauvreté, la précarité sont des facteurs aggravants dans les faits de violences faites aux femmes, particulièrement en outre-mer.

Nous devons inlassablement répéter que la femme en tant qu’individu est l’égale de l’homme. C’est un lieu commun, mais tout part de là. Nous devons déconstruire les stéréotypes sexistes qui sont ancrés dans l’inconscient collectif, et ce souvent depuis le plus jeune âge. La lutte contre les violences faites aux femmes n’est pas qu’un combat hexagonal !

Toutes les mesures nationales ont vocation à être déclinées dans les outre-mer, en prenant en compte les spécificités et les particularités de chaque territoire. Encore une fois, le « réflexe outre-mer » est essentiel. Dans le contexte d’insularité, la mise en sécurité des femmes victimes et de leurs enfants est rendu difficile par le manque de dispositifs de mise à l’abri. Il faut y remédier.

Face à l’insuffisance des structures d’accueil et d’hébergement, un véritable plan de rattrapage mobilisant l’ensemble des partenaires, état, collectivités territoriales, fonds privés de fondations et d’entreprises doit être mis en œuvre.

La formation des professionnel-le-s, forces de sécurité, magistrats, médecins, chargé-e-s de l’accueil, du repérage et de l’accompagnement des femmes victimes doit faire l’objet d’une attention toute particulière.

Sur le terrain, dans chaque outre-mer, des acteurs et actrices de terrain sont investis chaque jour. Leur travail se passe loin des caméras, mais il permet d’agir en profondeur. Nous voulons leur rendre hommage pour leur courage et leur persévérance.

C’est par la mobilisation de toutes et tous que nous ferons reculer les violences faites aux femmes.

Lutter contre les violences faites aux femmes en punissant les auteurs des crimes est bien entendu indispensable. Mais la violence symbolique, les rapports de domination des hommes sur les femmes inscrits dans les mentalités, sont les racines du passage à l’acte. Il est fondamental de développer la prévention, la lutte contre les stéréotypes, et ce dès le plus jeune âge.

Oui, dans les outre-mer aussi, la honte doit changer de camp !

Signataires: Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et l’homme, Ernestine Ronai, co-auteure du rapport du Conseil économique social et environnemental (CESE) « Combattre les violences faites aux femmes dans les outre-mer », Karine Guldemann, directrice de la Fondation ELLE, Kareen Guiock, présentatrice du Journal télévisé sur M6, Elisabeth Moreno, présidente de Lenovo France , Shirley Billot, présidente fondatrice des cosmétiques Kadalys, Virginie Sainsily, Journaliste à BFMTV, Ghislaine Gadjard, membre de l’Association Femmes au-delà des mers, Ketty Steward, écrivaine et Conseillère principale d’éducation , Gisèle Bourquin, présidente de l’Association Femmes au-delà des mers, Cécile Vic, déléguée générale de la Fondation Air France, Marie-Christine Ponamalé, journaliste à Outremers 360, Emmanuelle Lahiton, psychologue clinicienne spécialisée en criminologie et victimologie, Mémona Hintermann Afféjée, Membre du CSA, ancienne grande reporter pour France Télévisions

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment