Tensions à Saint-Louis: « Agir avant avant qu’un drame ne survienne », Philippe Gomes

No Comment

©Julien Cinier / LNC

Interpellé par le député de la Nouvelle-Calédonie Philippe Gomès (UDI) ce mardi 31 janvier, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a assuré que « la situation ne peut pas durer plus longtemps » aux abords de la tribu de Saint-Louis où de nouvelles tensions ont éclaté dans la nuit de dimanche à lundi. Trois individus seraient activement recherchés par la gendarmerie.

« Imaginez-vous au volant de votre véhicule sur une route de France que vous devez emprunter obligatoirement de manière quotidienne », a déclaré le député de la Nouvelle-Calédonie Philippe Gomès, « avec beaucoup de gravité ». « Imaginez que de façon récurrente, les automobilistes fassent l’objet de tirs par armes à feu et de caillassages organisés », poursuit-il. En effet, de nouveaux affrontements ont éclaté aux abords de la tribu de Saint-Louis, dans la commune du Mont-Dore en Nouvelle-Calédonie, entraînant une nouvelle fois la fermeture de la RP1 où circulent quotidiennement « 15 000 calédoniens ». Une série d’incidents graves unanimement condamnés par tous les élus calédoniens, des indépendantistes aux loyalistes. Philippe Gomes souligne une « situation intolérable sur le territoire de la République » et demande au gouvernement de « revoir les dispositifs en place aux abords de Saint-Louis » et de « mettre en place une zone de sécurité permanente 24h sur 24″, jusqu’à l’arrestation des auteurs des exactions. « Il faut agir vite avant qu’un drame ne survienne » a conclut le député, saluant le travail des forces de l’ordre sur place.

Trois individus activement recherchés

De son côté, le ministre de l’Intérieur assure suivre la situation de Saint-Louis de près, situation qui « ne peut pas durer plus longtemps ». « J’ai demandé au Directeur général de la Gendarmerie nationale de voir avec le Préfet afin que nous réadaptions notre dispositif pour faire en sorte qu’il soit mis fin à cette situation de barrage et d’escalade de la violence », a déclaré Bruno Le Roux. « Nous procédons des enquêtes sur ces violences » soulignant qu’il y a eu déjà 46 gardes à vues, 11 personnes incarcérées et 10 personnes placées sous contrôle judiciaire depuis le recommencement des tensions en octobre dernier. Trois individus seraient actuellement recherchés par les forces de l’ordre en Nouvelle-Calédonie depuis le regain de tension survenu dimanche soir. Jeudi soir, le député Philippe Gomès doit s’entretenir avec Bruno Le Roux. A noter que ce dernier a également adressé ses « vœux de prompt rétablissement aux militaires blessés pendant le crash » d’un hélicoptère, ce matin en Nouvelle-Calédonie.

Pour rappel, les tensions aux abords de la tribu de Saint-Louis en Nouvelle-Calédonie ont repris ce week-end et ont même franchi une nouvelle étape dans la violence. Trois personnes, dont deux gendarmes, ont été blessés par des tirs d’armes à feu, et une autre a reçu des jets de pierre. Il apparaît que cette fois, les munitions utilisées par les « fauteurs de troubles » de Saint-Louis ont été trafiquées afin de transpercer les véhicules blindés de la gendarmerie nationale. Hier, les représentants de l’Etat et des forces de l’ordre en Nouvelle-Calédonie ont lancé un ultimatum aux responsables coutumiers de la tribu: si la situation ne s’arrange pas rapidement, l’Etat prendrait ses responsabilités en ripostant, « et compte tenu des armes qui sont utilisées par les tireurs et celles dont dispose la gendarmerie, il y aura des dégâts », avait déclaré Laurent Cabrera, secrétaire général du Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie.

La RP1 ré-ouverte aujourd’hui

Ce mardi en Nouvelle-Calédonie a eu lieu la « réunion de la dernière chance » entre les forces de l’ordre, le représentant de l’Etat et les autorités coutumières. Sur les deux chefferies de Saint-Louis, seule la chefferie de Rock Wamytan était présente. Et pour cause, les autorités coutumières de Saint-Louis ont peu apprécié l’ultimatum lancé par l’Etat. Si peu d’éléments sont ressortis de cette réunion, Yves Mathis, directeur de cabinet du Haut-Commissaire, a évoqué « un état d’esprit tout à fait constructif. On espère que dans les jours et les semaines à venir, nous en verrons les conséquences sur le terrain ». D’autres réunions doivent avoir lieu. En attendant, la circulation sur la RP1 a été ré-ouverte à 15h20 (heure locale), mais uniquement de 5h30 à 19h. Au-delà, elle restera fermée par mesure de sécurité.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment