Primaire Les Républicaines : Aux Antilles-Guyane, un ancien premier ministre en cache un autre

No Comment

À une quinzaine de jours d’intervalle après Alain Juppé, les Antilles-Guyane reçoivent un autre candidat de la primaire Les Républicains. Il s’agit de l’ancien premier ministre, François Fillon.

L’opération séduction continue dans les Antilles-Guyane pour les candidats de la primaire Les Républicains! Deux semaines après Alain Juppé, c’est au tour d’un autre ancien premier ministre de se rendre dans les départements français d’Amérique. François Fillon se rendra dès lundi et durant toute une semaine dans chacune de ces régions d’Outre-mer. Tout au long de cette tournée, il partira à la rencontre des différents acteurs de la vie économique, politique des Antilles-Guyane. Il s’entretiendra avec la population. Dans une rencontre avec la presse qu’il a qualifié de « contact informel », François Fillon dit vouloir proposer un « programme à la fois ambitieux et réaliste » tout en rappelant l’apport des territoires ultramarins à la république française. « J’y vais pour dire que la métropole a des devoirs à l’égard des départements d’Outre-mer qui sont une chance et un atout. Ils aident la France à ne pas se recroqueviller sur elle- même », précise-t-il. L’ancien premier ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy s’appuie sur un programme de « libération des professions, des économies et des Français » eux-mêmes en prônant entre autres la simplification de la loi du travail, la baisse des charges de l’Etat,la transformation du système de formation des jeunes. Selon lui, « la France étouffe sous le poids des réglementations ».

Donner une plus grande marge de manoeuvre aux Outre-mer

Conscient des spécificités ultramarines, il entend également « libérer les énergies en Outre-mer » en améliorant avec des mesures plus complémentaires sur des propositions citées dans le rapport Lurel sur l’égalité réelle. « Je vais reprendre la généralisation des zones franches globales, la baisse des charges, la part de commandes publiques réservées aux PME locales, préconiser une flexibilité du capital ». Il propose également d’instaurer « une prime de risque pour les investissements en Outre-mer ». Interrogé sur la suppression progressive de la sur-rémunération en Outre-mer, François Fillon indique que ce sujet n’est pas d’actualité et ni-prioritaire. Il précise que « supprimer la sur-rémunération reviendrait à donner un coup négatif à l’économie ultramarine. « On ne peut pas déstabiliser les systèmes économiques des Outre-mer sans avoir préalablement enlever les verrous économiques ». Sur le plan administratif, il souhaite donner une plus grande marge de manoeuvre aux territoires des Outre-mer. Il est favorable à la non application de normes non adaptées sur le territoire, notamment avec le cadre européen. François Fillon envisage une organisation administrative plus efficace en « allant plus loin dans la décentralisation des administrations. Il propose d’installer un ministère des Outre-mer autonome. À travers ses propositions, il explique être « le candidat ayant l’analyse la plus réaliste de la situation » économique française. Il s’agit du deuxième voyage aux Antilles de François Fillon. Le premier remonte en 2008 après le passage du cyclone Dean. Cependant, il se rendra pour la première fois en Guyane. À cette occasion, il compte notamment assister au lancement de la fusée Soyouz, prévu le 22 avril prochain.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment