Nouvelle-Calédonie: Les Républicains Calédoniens, nouveau groupe politique au Congrès calédonien

No Comment

©Facebook / Sonia Backès

Comme prévu il y a déjà une semaine, Sonia Backès, dissidente non-indépendantiste et ancienne candidate aux Législatives dans la 1ère circonscription, et cinq autres élus du Congrès ont déposé une liste commune pour la formation d’un nouveau groupe politique au sein du Congrès calédonien: Les Républicains Calédoniens.

L’union sacrée loyaliste n’aura finalement pas lieu en Nouvelle-Calédonie. La plate-forme formée par Calédonie Ensemble, Le Rassemblement et le Mouvement Populaire Calédonien, n’a pas convaincu Sonia Backès et cinq autres élus dissidents des rangs de la droite calédonienne. De leurs côtés, Sonia Backès et les dissidents de la droite calédonienne, opposés à « une plateforme qui exclut »,  ont proposé une « union sacrée des loyalistes » afin de faire « gagner le référendum le plus largement possible pour maintenir la Calédonie dans la France ». Un appel qui n’a pas été entendu par la plate-forme loyaliste. Ainsi, Grégoire Bernut, Harold Martin, Philippe Blaise, Isabelle Lafleur et Nicole Andréa-Song formeront le groupe Les Républicains Calédoniens, menés par Sonia Backès.

S’ils restent sur la même ligne politique que la plate-forme loyaliste concernant l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, c’est-à-dire le maintien dans la République, Les Républicains Calédoniens ont la nette intention de s’opposer à Calédonie Ensemble et au Président du gouvernement Philippe Germain, sur les questions économiques et fiscales. « Il faut parler de la situation économique, fiscale et budgétaire qui est catastrophique », explique Philippe Blaise au micro de Nouvelle-Calédonie 1ère, « il y a une politique menée depuis deux ans qui est une politique socialiste, qui a fait dévisser l’économie ».

Un enjeux de représentativité

Pour Sonia Backès, Grégoire Bernut, Philippe Blaise, Harold Martin, Isabelle Lafleur et Nicole Andréa-Song, la constitution d’un nouveau groupe leur permettra de bénéficier de la présence d’un membre au gouvernement calédonien. En effet, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie n’est pas nommé mais élu par les membres du Congrès. En outre, le nouveau groupe Les Républicains Calédoniens pourra être représenté au prochain Comité des Signataires de l’Accord de Nouméa qui aura lieu en octobre 2017.

©Latribune.nc

©Latribune.nc

Ce mercredi 19 juillet aura lieu l’élection du Président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Les Républicains Calédoniens menés par Sonia Backès présenteront la candidature de Grégoire Bernut, ce qui pourrait mettre à mal la candidature de Thierry Santa, Président sortant soutenu par la plate-forme loyaliste. Thierry Santa est vraisemblablement le favori puisque les voix loyalistes (non-indépendantistes) sont plus nombreuses (29 contre 25 indépendantistes). Néanmoins, si Les Républicains Calédoniens maintiennent la candidature de Grégoire Bernut jusqu’au 3ème tour, les indépendantistes disposeront d’un avantage de voix pour faire élire Roch Wamytan.

« C’est une candidature pour alerter sur l’absence de majorité » a expliqué Grégoire Bernut, candidat Les Républicains Calédoniens. Le candidat dit aussi vouloir « réclamer plus de transparence et de clarté à l’endroit des Calédoniens ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment