Le Gouvernement veut renforcer la sécurité en Nouvelle-Calédonie

No Comment

©Ministère de l’Intérieur

Suite aux tensions qui ont éclaté le week-end dernier à Saint-Louis en Nouvelle-Calédonie, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, a annoncé l’envoi de 53 policiers et gendarmes supplémentaires en Nouvelle-Calédonie avant le 1er février 2017. Il a également annoncé sa présence, en compagnie de la ministre des Outre-mer, en février prochain.

Les récentes tensions dans la tribu de Saint-Louis, située dans la commune du Mont-Dore en Nouvelle-Calédonie, ont fait l’objet d’une réunion de « haut-niveau », ce matin, au Ministère de l’Intérieur. Autour de Bernard Cazeneuve étaient également mobilisés le ministre de la Justice et Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, et une cinquantaine d’élus calédoniens dont Sonia Lagarde, Députée-maire de Nouméa, Philippe Gomes, Député de la Nouvelle-Calédonie, Roch Wamytan, chef de la tribu de Saint-Louis ou encore, Eric Gay, Maire de Mont-Dore et Philippe Germain, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Cette réunion exceptionnelle a permis au ministre de présenter la synthèse des rapports menés par l’inspection générale de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale. D’autre part, Bernard Cazeneuve a annoncé plusieurs mesures pour lutter contre les problèmes de sécurité en Nouvelle-Calédonie: envoi de 53 policiers et gendarmes supplémentaires avant le 1er février 2017, création d’une brigade de prévention de la délinquance juvénile, modernisation des implantations de la gendarmerie et affectation de nouveaux matériels (véhicules, moyens de protection).

Le ministre de l’Intérieur a annoncé sa présence en Nouvelle-Calédonie en février prochain pour présenter aux Calédoniens les nouveaux effectifs. Il sera accompagné par la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. Le ministre de la Justice et Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas est quant à lui attendu pour le mois de décembre.

Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur :

« Nous avons reçu, avec Jean-Jacques Urvoas, Garde des Sceaux et Ericka Bareigts, ministre des Outre-Mer, l’ensemble des élus calédoniens pour une réunion qui a été d’une grande richesse et qui était centrée sur les questions de sécurité et de prévention de la délinquance, puisque le Premier ministre nous a fixé cet agenda et qu’il recevra sur des questions plus larges, plus politiques et engageant l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, l’ensemble des élus, ce lundi. Cette réunion a été d’abord l’occasion de présenter les rapports de l’inspection générale de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale sur la situation de la sécurité en Nouvelle-Calédonie. Ce diagnostic partagé a fait l’objet d’un échange approfondi avec les élus, au terme duquel j’ai formulé des propositions.

D’abord l’affectation de 53 policiers et gendarmes en Nouvelle-Calédonie pour conforter les effectifs et lutter efficacement contre les formes nouvelles de délinquance et ce, avant le 1er février 2017. Cela sera fait dans les semaines et mois qui viennent. Ce n’est pas une annonce de long terme, c’est une annonce de court terme, un effectif très important qui témoigne de l’engagement du gouvernement pour la sécurité sur l’ensemble du territoire national et par conséquent, en Nouvelle-Calédonie.

J’ai également décidé qu’une partie de ces effectifs serait affectée à la constitution d’une brigade de prévention de la délinquance juvénile au sein des effectifs de la gendarmerie de la Nouvelle-Calédonie de manière à ce que la question des addictions (drogues, alcool) soit parfaitement prise en compte dans le plan annoncé.

J’ai indiqué que les efforts qui sont fait en matière de modernisation des implantations de la gendarmerie sur les différents sites identifiés doivent faire l’objet d’une augmentation du niveau de subvention alloué aux collectivités pour l’organisation de ces opérations, pour des raisons qui tiennent à la nécessité de faciliter de bouclage budgétaire de ces opérations qui sont compliquées pour les collectivités territoriales.

J’ai également indiqué que, dans le cadre du plan de sécurité public que j’ai annoncé pour l’ensemble du territoire, de nouveau véhicules et moyens de protection seront affectés à la Nouvelle-Calédonie entre aujourd’hui et le 1er février 2017, de manière à permettre par l’amélioration de l’équipement de nos forces, de renforcer l’efficacité des missions qui sont les nôtres ».

©T. Faatau / Outremers360

©T. Faatau / Outremers360

Réactions de…

Sonia Lagarde, Députée-maire de Nouméa, qui avait interpellé Bernard Cazeneuve sur ce sujet à l’Assemblée nationale : « L’Etat a pris conscience que nous avions un vrai soucis »

Cette réunion a montré l’intérêt qu’avait l’Etat, qui a pris conscience que nous avions de vrais soucis de délinquance. On en sort avec des choses et j’ai une certaine satisfaction dans le sens où j’ai demandé au ministre d’exercer le retour des policiers calédoniens qui sont aujourd’hui en Métropole depuis 12 ou 13 ans, ça c’est assuré. On a au total une cinquantaine qui vont revenir, 17 ou 13 en début d’année et le reste suivra après. J’avais proposé de faire un plan quinquennal au ministre, tout en sachant qu’on va avoir 50 départs à la retraite dans les 5 ans qui viennent et ces départs doivent être comblés par les policiers calédoniens qui sont en Métropole depuis un certain nombre d’années, donc ça c’est fait. L’Etat a pris conscience que nous avons un vrai souci et il viendra lui-même en Nouvelle-Calédonie présenter les effectifs, le rendez-vous est pris !

Sonia Lagarde, Députée-maire de Nouméa ©T. Faatau / Outremers360

Sonia Lagarde, Députée-maire de Nouméa ©T. Faatau / Outremers360

Philippe Gomes, Député (UDI – Calédonie ensemble) : « Démultiplier les moyens en faveur de la jeunesse calédonienne »

C’est remarquable ! Jamais dans son Histoire la Nouvelle-Calédonie n’a bénéficié d’une écoute pareille sur les sujets de sécurité de la part du gouvernement, jamais ! Non seulement les moyens débloqués sont considérables, et en plus pour suivre tout cela, les trois ministres viendront en Nouvelle-Calédonie. On aura compris qu’au-delà du renforcement des effectifs et des moyens supplémentaire, il faudra, en amont, avec des politiques de prévention de la délinquance, mettre en oeuvre un certain nombre de choses et la ministre des outre-mer passera avec la Nouvelle-Calédonie le contrat qui s’impose pour démultiplier les moyens en faveur de la jeunesse calédonienne et en avale, c’est à dire au niveau de la réponse pénale judiciaire, il faut également renforcer les greffes, les juges, pour que les délais de jugement soit raccourcis.

Philippe Gomes, Député (UDI - Calédonie Ensemble) de la Nouvelle-Calédonie ©T. Faatau / Outremers360

Philippe Gomes, Député (UDI – Calédonie Ensemble) de la Nouvelle-Calédonie ©T. Faatau / Outremers360

Roch Wamytan, Grand chef de la tribu de Saint-Louis : « Les rapports qui nous ont été présentés n’ont pas beaucoup évoqué la question du rôle des autorités coutumières »

Nous avons appuyé la proposition que nous avons déjà faite au Congrès calédonien il y a quelques semaines de cela, d’organiser un débat au sein du Congrès. Le point particulier sur lequel j’ai insisté , c’est la question du rôle des autorités coutumières. Il y a une réflexion de fond à mener, car les rapports qui nous ont été présentés n’ont pas beaucoup évoqué la question du rôle des autorités coutumières. Or, quand on parle de la délinquance en Nouvelle-Calédonie, c’est essentiellement la délinquance Kanak et donc ça concerne nos propres enfants. Il était donc important pour nous qu’il y ait une réflexion de fond et ensuite, des propositions concrètes pour voir dans quelles mesures les autorités coutumières peuvent être mieux impliquées et rentrer dans le jeu. On ne pourra pas faire comme si les autorités coutumières étaient de simples auxiliaires dans la gendarmerie, donc il faut trouver la formule.

J’ai aussi remis sur le tapis la discussion sur la mise en place d’une police coutumière, notamment pour les régions à risques et les zones concernées proches des zones urbaines. Nous avons pris acte de ces mesures, mais à mon avis ce sont des mesures à l’image d’un marteau pour tuer un moustique. L’important c’est aussi des mesures pour faire en sorte de prévenir.

Roch Wamytan, Grand chef de la tribu de Saint-Louis ©T. Faatau / Outremers360

Roch Wamytan, Grand chef de la tribu de Saint-Louis ©T. Faatau / Outremers360

IMG_20161105_122502 (2)

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment