Essais nucléaires en Polynésie : Reçus par la ministre Annick Girardin, les anti-nucléaires lui font part de leurs revendications

No Comment

©Facebook / Association 193

Alors qu’ils manifestaient en marge du 17ème Forum PTOM-UE, qui a eu lieu la semaine dernière en Polynésie française en présence de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, les membres de l’association anti-nucléaire 193 a obtenu un entretien samedi matin durant lequel ils lui ont fait part de leurs revendications. 

En premier lieu, l’association 193, menée par le prêtre Auguste Uebe-Carlson, a demandé le retrait du terme « contribution » dans la future mouture du statut d’autonomie de la Polynésie française, dans lequel sera mentionné, dès l’article 1, que « la République reconnait la contribution de la Polynésie à la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et à la défense de la Nation ». Or, l’association considère que cette mention rend les Polynésiens « autant responsables que l’État de l’ensemble des conséquences sanitaires, sociales, économiques et environnementales », alors même que les différents dirigeants que se succédèrent, de Charles de Gaulle à Jacques Chirac, avaient nié la dangerosité de ces essais, arguant que ceux-ci étaient propres. L’association craint également que « la Polynésie ne pourrait plus demander réparation à la France » et met en avant une « réécriture » de l’histoire puisque ces essais furent imposés à la Collectivité.

Pour l’association 193, le terme « contribution » pourrait transformer le futur Centre de mémoire des essais nucléaires en Polynésie, promis par Paris, en un « instrument de propagande ». Outre la suppression du terme « contribution », l’association demande l’inscription du principe d’une « réparation juste et totale pour tous les Polynésiens » dans la réforme du statut, qui doit passer au vote de l’Assemblée nationale en avril.

Réalisation d’une étude trans-générationnelle

Expliquant qu’à l’époque des essais nucléaires, « personne n’avait d’instrument de mesure », l’association formule dans sa deuxième revendication le retrait de l’amendement de la sénatrice Lana Tetuanui, instituant un seuil minimum d’exposition de 1 milli-sievert par an pour obtenir une indemnisation de la Loi Morin, rapporte Radio 1 Tahiti. Ce nouveau seuil, utilisé dès 2018 par le Comité d’indemnisation des victimes des essais (CIVEN) lors de la suppression du « risque négligeable » en 2017, avait été officialisé en décembre dernier, et selon les recommandations de la Commission de cadrage de la loi Morin présidée par la sénatrice Lana Tetuanui. L’association a par ailleurs porté plainte, vendredi 1er, contre le président du CIVEN Alain Christnacht pour « faux en écriture ».

Dernière revendication portée à la ministre des Outre-mer, l’association 193 demande une étude trans-générationelle, estimant que les conséquences des essais sur la santé des Polynésiens ne s’arrêtent pas à l’année 1998, limite instituée par la loi d’indemnisation. Les conséquences trans-générationnelles avaient été mises en avant par le Docteur Christian Sueur dans une étude menée « sur des enfants polynésiens dont les grands-parents ont travaillé sur les sites des explosions atomiques atmosphériques ». Cette étude révélait notamment « des anomalies morphologiques parfois couplées à des retards mentaux chez de nombreux enfants » polynésiens.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data