Environnement : La Polynésie veut interdire les sacs en plastique pour mars 2018

No Comment

©Michaelis Scientists / Wikimedia Commons

Ce jeudi 23 novembre, le Ministre de la Culture et de l’Artisanat en Polynésie, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a annoncé un texte visant à interdire l’usage des sacs en plastique pour mars 2018. L’annonce a été faite en marge de la présentation de l’ « opération ‘Ete (panier) », dont l’objectif est de valoriser l’artisanat polynésien et les sacs fabriqués en feuilles de pandanus.

Fléau des mers et cauchemar des tortues marines, « les sacs plastique à usage unique commencent à être combattus un peu partout » dans le monde, explique le Ministre polynésien de la Culture et de l’Artisanat. « Lorsqu’on voit tout ce plastique qui circule dans tous les océans (…), est-ce que l’on veut encore continuer comme ça ? », s’interroge-t-il, énumérant les conséquences environnementales telles que les continents de plastique détectés dans le Pacifique, entre autres. En mai dernier, le gouvernement polynésien avait lancé une étude sur la production et la distribution des sacs plastique à usage unique afin d’évaluer les impacts « économiques, sociaux et environnementaux » d’une interdiction des sacs à usage unique, réutilisables, échangeables et oxo-dégradables, rappelle Radio 1 Tahiti. Si les résultats de l’étude sont attendus courant décembre, le gouvernement de la Collectivité a donc décidé de prendre les devants.

Heremoana Maamaatuaiahutapu, Ministre de la Culture et de l'Artisanat en Polynésie, a annoncé ce texte de loi en parallèle du lancement de l'opération 'ete ©Radio 1 Tahiti

Heremoana Maamaatuaiahutapu, Ministre de la Culture et de l’Artisanat en Polynésie, a annoncé ce texte de loi en parallèle du lancement de l’opération ‘ete ©Radio 1 Tahiti

L’annonce de ce texte visant à interdire les sacs plastique à usage unique pour mars 2018 a été faite en marge de la présentation de l’ « opération ‘Ete », qui aura lieu du 1er au 3 décembre. Pendant ces trois jours, des paniers en feuilles de pandanus (pae’ore en tahitien), en tissus, en toile, en sacs de coprah ou en papier, seront vendus dans les galeries marchandes de plusieurs grandes surfaces de Polynésie. L’opération a pour but, d’une part, de valoriser l’artisanat local et, d’autre part, de réduire la dépendance aux sacs en plastique avant même la publication de texte d’interdiction. Le ministre de l’Artisanat aurait « déjà pris des dispositions pour soutenir la plantation de pandanus afin que cette ressource ne vienne pas à manquer demain ». Une prime est également annoncée pour les planteurs de pandanus sur des terrains privés, s’ils souhaitent en bénéficier.

« ’Ete o te mau ‘ite » : le panier des savoir-faire

Pour cette opération, le choix du mot « ’ete » est très important. « ’Ete » veut dire panier en tahitien, un endroit où l’on peut mettre, ranger des choses. A ne pas confondre avec le mot « ‘ite » qui lui veut dire savoir-faire. Les mots « ‘ete» et « ‘ite » sont donc étroitement liés.

Une phrase en tahitien résume toute la symbolique de l’opération : « ’ete o te mau ‘ite » – le panier dans lequel les savoir-faire des artisans polynésiens peuvent être rangés pour être préservés; le panier lui-même symbole de ces savoir-faire. Notons par ailleurs que « Pape’ete », Capitale de la Collectivité, signifie « panier (ou corbeille) d’eau ».

©Ministère de la Culture et de l'artisanat

©Ministère de la Culture et de l’artisanat

En Polynésie, les sacs en feuilles de pandanus (pae’ore) tiennent encore une place importante dans le quotidien. Au fil des décennies, ils ont été agrémentés de tissus en « pareu » ou autre coquillages et perles afin d’en faire de véritables accessoires de mode.

[Source Tahiti-infos]

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment