En Polynésie, un millier de personnes marche contre les injustices

No Comment

©Facebook

Ce samedi 20 juin à Papeete, associations anti-nucléaires, environnementales, sociétales, syndicats, confessions religieuses ou encore, militants indépendantistes, se sont mobilisés lors d’une marche contre les injustices en Polynésie, qui a rassemblé un millier de personnes selon les forces de l’ordre. 

Si les revendications étaient éclectiques, le leitmotiv était unique : lutter contre les injustices en Polynésie, sous toutes leurs formes : le capitalisme, la précarité, la misère, la répression, l’injustice sociale, … Plus d’une vingtaine d’associations de toute la Polynésie s’étaient rassemblées autour du collectif Nuna’a a ti’a ia tu ma te hau (Peuple lève-toi, avance pour la paix).

Parmi ses membres, les associations Mata Atea (associations de pêcheurs), Haururu Papenoo (qui protège une vallée de Tahiti), l’association anti-nucléaire 193, le mouvement Extinction Rébellion, le syndicat CSTP-FO, l’autre association anti-nucléaire Moruroa e Tatou, ou encore quelques confessions religieuses.

En tête du cortège, le représentant et porte-parole du collectif Tutea Mollon explique que l’objectif est de rassembler le maximum de mouvements associatifs qui ont pour ambition de lutter contre toute forme d’injustice. « Au lieu de travailler chacun de son côté, nous avons décidé de nous réunir afin d’échanger nos différents problèmes et trouver des solutions » confie le porte-parole, assurant que ce mouvement n’est pas politique, « l’important est de se rassembler, peu importe les courants politiques ». Pari réussi, puisque la marche a rassemblé près de 1 000 personnes à Papeete.

« La première fois que je vois une telle marche »

Les motifs de cette marche étaient hétérogènes. Certains ont souhaité venir pour soutenir Oscar Temaru dans son combat judiciaire. D’ailleurs, beaucoup de drapeaux indépendantistes flottaient dans le cortège. Le leader indépendantiste et maire de Faa’a explique que cette marche « est un moyen d’expression comme un autre et qu’il est reconnu par la Constitution (…). Aujourd’hui le peuple se lève, c’est la première fois que je vois une telle marche ». Pour Oscar Temaru, si le peuple marche aujourd’hui c’est parce qu’il a « le sentiment d’avoir été trompé ».

Oscar Temaru a participé à la manifestation ©Radio 1 Tahiti

Oscar Temaru a participé à la manifestation ©Radio 1 Tahiti

Si ces dernières semaines l’actualité judiciaire du leader indépendantiste est mouvementée, le maire de Faa’a explique que sa priorité reste l’avenir du peuple polynésien. Pour lui, il faut « un changement profond à ce pays et ce changement passe par le bulletin de vote ». Par ailleurs, le président du parti indépendantiste Tavini Huiraatira soulève la problématique de la protection de l’emploi. D’après lui, « il n’y aura pas de protection d’emploi tant que la Polynésie restera une collectivité d’État ».

Revendications sociales

Halte à la vie chère, des loyers plus bas, baisse du coût des transports en commun, voilà un aperçu des revendications énoncées par les manifestants ce samedi. Certains ont aussi du mal à boucler les fins de mois : « Il faut faire les courses, payer les factures (…) c’est dur, des fois » confie un retraité. « C’est grave de se retrouver dans une telle situation où il y a autant de Polynésiens qui se trouvent sous le seuil de pauvreté ou qui éprouvent de nombreuses difficultés financières. C’est inadmissible », enchaîne un autre manifestant.

La reconnaissance du fait nucléaire : « Des réponses concrètes »

Parmi les nombreuses doléances du collectif, l’incontournable sujet des essais nucléaires en Polynésie. « Nous contestons la décision de l’Assemblée nationale de refaire passer l’amendement Tetuanui qui rendra plus difficile le processus d’indemnisation des victimes ». « L’association 193 et Moruroa e Tatou organiseront le 2 juillet, à l’occasion de la date anniversaire du premier essai nucléaire le 2 juillet 1966 » une autre manifestation, précise le porte-parole du collectif.

Rappelons que le Parlement a rétabli la rétroactivité du seuil de 1 millisievert applicable aux dossiers d’indemnisation traités par le Civen. Malgré une première annulation par le Sénat, un amendement du gouvernement en commission mixte paritaire avait rétabli cette mesure, très contestée par les associations de défense des victimes des essais nucléaires. La reconnaissance du fait nucléaire est la « pierre angulaire » de l’Accord pour le développement de la Polynésie française signé en mars 2017 à l’Elysée.

L’accès au lagon : « Des règles inadaptées pour les pêcheurs »

Gilles Parzy, adhérent au collectif et président de l’association Mata Atea dénonce les réglementations qui régissent les pêcheurs de la zone Punaauia et Faa’a, cette zone étant confrontée à un accroissement exponentiel des mouillages et du stationnement des navires, en raison de la saturation des marinas de la zone urbaine. « On ne doit pas contraindre les pêcheurs surtout en ces temps de crise (…) ces règles sont en plus inadaptées », déplore Gilles Parzy. L’association lutte également contre un projet de route de deux fois deux voies entre Papeete et la Presqu’île de Tahiti.

Également présent à la marche, le collectif Tearai qui regroupe les pécheurs et les utilisateurs du lagon dénonce l’arrêté pris récemment par le gouvernement qui selon les manifestants « interdit toutes les activités nautiques » dans le lagon en faveur des bateaux au mouillage. Le collectif rajoute qu’une marche aura lieu le 4 juillet afin que « le lagon revienne aux utilisateurs et non seulement aux bateaux ».

Pour ce premier acte, le collectif Nuna’a a ti’a, organisateur de l’événement, a dénombré 2 000 participants, les forces de l’ordre indiquent, elles, 1 000 manifestants.

Les prochaines mobilisations

Pour remporter cette « guerre » contre les injustices, le collectif devra remporter plusieurs « batailles »

Le 25 juin : manifestation devant le Palais de justice pour réclamer une justice égalitaire.

Le 29 juin : manifestation sur l’avenue Pouvanaa a Oopa pour que l’histoire du fenua soit enseignée.

Le 2 juillet : commémoration du premier tir nucléaire au monument aux morts, avenue Pouvanaa a Oopa.

Le 4 juillet : manifestation sur le lagon de Faa’a contre le mouillage des bateaux et pour la pratique des activités nautiques et subaquatiques.

Le 6 Juillet : manifestation contre le « SAGE » (schéma d’aménagement général du Pays) en l’état et certains projets d’aménagement, et pour la rétrocession et la préservation des terres.

Avec nos partenaires de Radio 1 Tahiti 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data