Samantha Ramidge-Bane : Une Réunionnaise au cœur de Roland Garros 2018

No Comment

©Réunionnais du Monde

A 29 ans, Samantha Ramidge-Bane s’occupe de sélectionner et d’évaluer les jeunes ramasseurs de balles qui officient sur le tournoi. En cette année du centenaire de la disparition de l’aviateur Roland Garros où la Réunion occupe une place particulière, Samantha témoigne en direct des Internationaux de France. Entretien avec notre partenaire Réunionnais du Monde.

Pouvez-vous vous présenter ?

Samantha Ramidge-Bane, 29 ans. Originaire du Port, j’ai fait tout mon parcours scolaire et professionnel sur l’île ! Diplômée d’une maîtrise en Droit des affaires de l’Université de la Réunion. J’occupe un poste au sein de la Direction Financière et Risques de la Caisse régionale de Crédit Agricole.

Quelles sont les raisons de votre présence à Roland Garros ?

Je suis responsable de la formation et de la sélection des ramasseurs de balles à La Réunion. Nous occupons cette fonction à deux, ma sœur et moi-même. Depuis 2013, nous sommes habilités par la Fédération Française de Tennis pour sélectionner les deux jeunes ramasseurs de balles réunionnais qui partent officier à Roland Garros chaque année. Nous sélectionnons donc tous les ans deux enfants réunionnais qui vont officier en tant que ramasseurs de balles. Et puis l’année dernière, j’ai eu l’opportunité d’apporter ma contribution lors des Internationaux de France, en tant que coach évaluateur des ramasseurs de balles sur toute la durée du tournoi. Cette opportunité se renouvelle cette année en 2018. Mon père est également présent sur le tournoi en tant que juge de ligne !

Samantha accompagnée de deux ramasseuses de balles réunionnaise et son père sur la photo de droite ©Réunionnais du Monde

Samantha Ramidge-Bane accompagnée de deux ramasseuses de balles réunionnaise et son père sur la photo de droite ©Réunionnais du Monde

Quelle est l’ambiance en cette année du centenaire de la disparition de Roland Garros ?

L’histoire de l’aviateur réunionnais est vraiment mise à l’honneur cette année. Des T-shirts, tasses, pancartes, sacs, livres, etc., à l’effigie de l’aviateur sont vendus… il est visible partout. Dans le stade des personnes habillées en aviateur font des animations toute la journée. Le musée du tournoi présente toute l’histoire de Roland Garros, la vie de ce grand homme est retracée. Il y a également un stand présentant l’île de La Réunion sur le site du tournoi. La patrouille de France survolera le stade lors de la finale. Personnellement, je suis fière et honorée d’être présente en cette année des 100 ans de la disparition de Roland Garros. Surtout, de pouvoir apporter ma contribution, mettre en avant notre île et véhiculer toutes ses valeurs.

Quel est votre mission au cours de ces Internationaux de France 2018 ?

Je suis évaluateur des ramasseurs de balles. Nous sommes une vingtaine d’évaluateurs pour 260 ramasseurs de balles et notre rôle est d’encadrer chaque jour une vingtaine de ramasseurs affectés à notre court du jour. Nous devons noter chacune de leur rotation sur le terrain, leurs points forts et leurs points faibles, leur faire des debriefs après chaque rotation. Chaque équipe fait une rotation d’environ 30 minutes et se repose 45 minutes pour tous les matchs de la journée du court. À la fin de la journée, les évaluateurs doivent mettre une projection pour chaque enfant de son court. Les projections servent au fur et à mesure à voir leur progression et à choisir les 18 ramasseurs pour la finale.

©Réunionnais du Monde

©Réunionnais du Monde

Comment vivez-vous votre passion en parallèle de votre vie professionnelle ?

Les sélections à La Réunion se déroulent sur cinq week-ends, entre octobre et mars. De plus, j’ai la chance d’avoir un employeur qui me donne l’opportunité de vivre ma passion en m’autorisant à m’absenter trois semaines consécutives pendant les internationaux de France.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment