Economie : Les conjonctures nuancées des Outre-mer

No Comment

L’INSEE et l’IEDOM ont dressé le bilan économique de l’année 2015 dans les Outre-mer. Si l’île de La Réunion connait une embellie, la reprise en Martinique reste timide, tandis que la Guadeloupe se redresse lentement et que la Guyane se stabilise. En face, si la période retenue pour le bilan de l’IEOM n’est pas la même que pour l’IEDOM, la Nouvelle-Calédonie fait face à un premier trimestre 2016 morose.

Par rapport à ses voisins, Vénézuela et Brésil notamment, l’économie de la Guyane connait une relative stabilité en 2015. Si l’année fut mauvaise pour le secteur du BTP et du logement, les secteurs de la production, du commerce et des services ont permis à la Guyane de compenser, grâce notamment à une hausse de l’emploi salarié dans le secteur marchand (3 à 7% pour l’hotellerie/restauration). A noter que l’activité spatiale renforce la stabilité de l’économie guyanaise: en 2015, le CSG a effectué pas moins de 12 lancements. A l’inverse, la consommation des ménages et l’investissement des entreprises ralentissent, malgré une baisse des prix à la consommation observée sur toute l’année 2015. Néanmoins, plusieurs indices laisseraient entrevoir une meilleure conjoncture pour 2016.

Les lancement de fusées ont permis à la Guyane de renforcer la stabilité de son économie

Les lancement de fusées ont permis à la Guyane de renforcer la stabilité de son économie

En Martinique, la consommation des ménages est restée hésitante malgré, là aussi, une baisse des prix et une amélioration du marché du travail. L’année 2015 a néanmoins été favorable aux entreprises, avec un Indicateur du Climat des Affaires (ICA) positif. Le redressement de l’activité amorcé en 2014 se confirme donc en 2015, même si le mouvement reste trop fragile pour parler de reprise franche et pérenne de l’économie.

port-martinique

En Guadeloupe, l’inflation est restée quasi-nulle, la consommation des ménages demeure soutenue et les crédits accordés à ces derniers et aux entreprises sont au beau fixe. D’ailleurs, la Guadeloupe connait une hausse des créations d’entreprises et une stabilité des importations de biens d’équipement. Et si le tourisme se porte plutôt bien, le traffic aérien enregistre d’excellents résulats, dépassant les 2 millions de passagers en transit à l’aéroport de la Guadeloupe. Seul secteur a être encore en difficulté: le BTP. Parmi tous les départements d’Outre-mer, c’est La Réunion qui tire son épingle du jeu en confirmant l’embellie économique amorcée en 2014.

pap-guadeloupe-port-caraibes

Dans le volet Collectivités d’Outre-mer, l’IEOM, qui équivaut à l’IEDOM, dresse un bilan négatif du premier trimestre 2016 en Nouvelle-Calédonie. Si la période retenue n’est pas la même que pour les DOM, la confiance des entrepreneurs du Caillou décroche et témoigne des disparités économiques des Outre-mer. Touchée par la crise internationale du nickel, l’Indicateur du climat des affaires (ICA) calédonien chute considérablement au premier trimestre 2016. La consommation des ménages et l’investissement reculent, mis à part pour la construction privée qui garde un cap positif. Côté emploi, aucune amélioration n’est observée.

City of Noumea (97 000 inhabitants in 2009), capital city of New Caledonia

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment