Economie: A Marie-Galante, la récolte 2017 est assurée

No Comment

©DR

Une nouvelle convention pour l’usine Sucreries et Rhumeries de Marie-Galante (SRMG), attendue depuis plusieurs mois et portant sur 2016-2017, a été signée ce lundi 20 février pour permettre « le démarrage de la campagne sucrière 2017 », ont annoncé dans un communiqué commun la Région, l’Etat et le département.

Il n’y a pas eu d’accord autour de deux projets de centrales thermiques en concurrence. comme le souhaitait la Ministre des Outre-mer Ericka Bareigts mais le fonds de 1,6 million d’euros sera toutefois versé aux planteurs. Une convention a été signée à la fin d’une matinée de discussion en Guadeloupe, entre les trois exécutifs locaux et les représentants de la SICAMA et de la SRMG(Sucreries et Rhumeries de Marie-Galante ) mais en l’absence des maires de Marie-Galante.Regrettant « cette absence de la présidente de la Communauté des communes » et « des maires » de l’île à cette signature, la Région, le Département et l’Etat ont rappelé leur soutien depuis 2012 au « projet de centrale thermique de cogénération » de la société Albioma.

Toutefois, le président de la Région Ary Chalus a laissé une porte ouverte au compromis expliquant « qu’il n’y avait pas « d’incompatibilité entre la pérennisation de la filière industrielle Sucres-Rhum de Marie-Galante et la volonté de la Communauté des communes de Marie-Galante de développer son projet ». En effet , le désaccord existe toujours autour de deux projets de centrales thermiques en concurrence pour être adossées à la sucrerie: l’un porté par l’entreprise Albioma et soutenu par les acteurs de la filière depuis 2012, et l’autre plus récent, soutenu par la communauté de commune de Marie-Galante (CCMG), dans le cadre d’un projet de Démonstrateur industriel de la ville durable (DIVD), axé autour du « tourisme durable ». Le président de Région se dit prêt notamment à accompagner les élus de Marie-Galante dans leur volonté de faire de l’île, une « ile durable ». Il propose notamment  d’intégrer dans la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie), la contribution additionnelle des moyens de production solaire photovoltaïque avec stockage (+12 MW) et de l’éolien avec stockage (+3 MW) du projet Marie-Galante, Ile Durable.

Le préfet de Guadeloupe Jacques Billant et les présidents régionaux et départementaux Ary Chalus et Josette Borel-Lincertin ont appelé à la poursuite du dialogue au niveau local « afin de rechercher les voies et les moyens de réduire au maximum la biomasse importée, nécessaire au fonctionnement de la centrale thermique ». Si la récolte cannière de Marie-Galante évaluée à 120 000 tonnes cette année va pouvoir être lancée, l’incertitude règne encore pour les usines de la Guadeloupe continentale.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment