Desserte aérienne : La compagnie domestique Air Tahiti envisagerait un développement à l’international

No Comment

Air Tahiti dessert la Polynésie exclusivement avec des ATR 72 et 42 ©Aviation Geek Tahiti

Présent au IATA Aviation Day sur l’île Maurice, le PDG de la compagnie domestique polynésienne Air Tahiti, Manate Vivish, a confié son intention de doter sa flotte de deux Airbus A220-100 ou Embraer 195-E2 pour un possible développement à l’international. Une annonce surprenante alors que la compagnie a fêté ses 60 ans d’existence en 2018. 

C’est au site Aviation Transport Wolrd que Manate Vivish s’est confié dans une interview en marge du IATA Aviation Day à Maurice, interview relayée sur les réseaux sociaux par Aviation Geek Tahiti. « Nous réfléchissons à l’acquisition d’un appareil de maximum 100 places. Dans un premier temps, nous commanderions deux appareils », a confié le PDG d’Air Tahiti. La possible mise en service de deux turboréacteurs Airbus ou Embraer devrait avoir lieu d’ici deux ou trois ans et la confirmation d’un tel développement pourrait arriver très vite.

Le PDG d'Air Tahiti envisage d'acquérir, d'ici deux ou trois ans, un Airbus A220-100 ou un Embraer 195-E2 ©Airbus / Embraer

Le PDG d’Air Tahiti envisage d’acquérir, d’ici deux ou trois ans, un Airbus A220-100 ou un Embraer 195-E2 ©Airbus / Embraer

Pour l’heure, Air Tahiti dispose dans sa flotte de sept turbopropulseurs ATR 72-600 et deux ATR 42-600 pour desservir 46 destinations domestiques de la Polynésie française. La compagnie, qui a fêté ses 30 ans de partenariat avec ATR en 2017, est un client historique du constructeur canadien et attend un prochain ATR 72 en 2019. La seule destination internationale opérée par Air Tahiti est Rarotonga, aux îles Cook. « Nous réfléchissons à comment développer notre réseau régional », explique encore Manate Vivish. Grâce à des accords commerciaux, la compagnie assure également la continuité entre les îles polynésiennes et 400 destinations internationales, depuis Tahiti-Faa’a.

800 000 passagers par an

En Polynésie, sur les 46 routes opérées par la compagnie, « seules cinq ou six sont économiquement rentables », poursuit-il, « nous devons équilibrer cela ». Toujours selon le PDG de la compagnie, le gouvernement polynésien, qui représente 13% du capital de la compagnie, ne subventionne pas ces itinéraires nécessaires pour les personnes qui vivent sur les îles éloignées. « Nous faisons cela sur notre propre risque financier, parce que nous pensons qu’il est indispensable de fournir ce service », assure-t-il. Air Tahiti transporte environ 800 000 passagers, locaux et touristes, par an et à travers l’ensemble de la Polynésie. Les destinations plus rentables de la compagnie, telles que Bora Bora ou Rangiroa, pourraient aussi bénéficier des potentiels futurs appareil de la compagnie.

Surprenante, cette annonce arrive à un moment où la destination Polynésie se développe du côté des compagnies internationales. Après l’arrivée de French Bee en mai dernier, United Airlines va poser son premier appareil sur le tarmac de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a en octobre prochain. L’arrivée soudaine d’une telle concurrence a forcé les compagnies historiques Air Tahiti Nui et Air France à baisser leurs prix. Et alors qu’on aurait pu croire à une complémentarité des offres entre Air Tahiti et Air Tahiti Nui, distinctes malgré un nom quasi-similaire, la compagnie domestique semble préférer un développement indépendamment de sa grande sœur.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment