Desserte aérienne : En Polynésie, Tahiti Seaplanes veut atteindre « des zones inaccessibles »

No Comment

©Facebook / Tahiti Seaplanes

Sous réserve qu’elle obtienne les autorisations réglementaires hexagonales, Tahiti Seaplanes sera une nouvelle compagnie domestique en Polynésie basée à Papeete, rapporte Air-Journal.

Ça se bouscule dans le ciel polynésien. Après la présentation du projet de compagnie aérienne domestique baptisée Islands de Bill Ravel, Arthur Cottrel et Pascal Gabriel, respectivement pilote de ligne et ingénieur en aéronautique sont à l’initiative de la compagnie Tahiti Seaplanes, employant des appareils amphibie pour atteindre davantage d’îles isolées en Polynésie. La compagnie a déclaré avoir déjà acquis un Cessna 206 Amphibie, pouvant accueillir cinq passagers, actuellement loué au Canada. Les opérations initiales incluront des vols touristiques et panoramiques, et des transferts entre stations, indique le site spécialisé Air-Journal. En ajoutant plusieurs appareils, les fondateurs de Tahiti Seaplanes espèrent à terme compter quatre bases dans le vaste archipel des Tuamotu, majoritairement composé d’atolls.

Compléter Air Tahiti plutôt que la concurrencer

« Basé sur un modèle existant qui a démontré son adaptation parfaite au tourisme insulaire, en particulier en Nouvelle Calédonie, Fidji, Maldives, Australie, ce projet répond à la Stratégie de Développement Touristique de la Polynésie Française 2015-2020 et contribuera à l’enrichissement touristique du pays », a indiqué la compagnie, qui « offrira de nouvelles opportunités touristiques sur des zones jusqu’ici inaccessibles ». Surtout, Arthur Cottrel affirme ne pas vouloir concurrencer l’actuelle compagnie domestique Air Tahiti mais plutôt fournir « des services de ravitaillement » à la compagnie « en connectant les grands aéroports à des zones plus régionales qui ne sont pas encore desservies » à travers ses opérations en hydravions. La jeune entreprise compte toutefois un concurrent : Tahiti Air Charter qui exploite depuis 2013 des vols charters, amphibies et non amphibies en Polynésie.

Pour l’heure, Tahiti Seaplanes est contraint à la réglementation française « qui exige que toutes les hydro-surfaces soient approuvées individuellement. Une seule de ces surfaces est actuellement approuvée, à la pointe sud de l’île de Moorea (située à 25 min en ferry au Nord-ouest de Tahiti, ndlr), mais plusieurs autres sont en cours d’application ».

En orange, l'hydro-surface approuvé par la réglementation française. En jaune, celles en attente d'approbation ©Outremers Aviation

En orange, l’hydrosurface approuvée par la réglementation française. En jaune, celles en attente d’approbation ©Outremer Aviation

©Outremers Aviation

©Outremer Aviation

Voir le dossier complet d’Outremer Aviation

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment