Desserte aérienne : En Polynésie, l’hydravion fait son retour

No Comment

© Facebook Tahiti Air Charter

Ce mercredi 4 avril, la société Tahiti Air Charter a obtenu son certificat de transporteur aérien par la Direction générale de l’Aviation civile, faisant d’elle la première société à pouvoir ré-exploiter des hydravions en Polynésie « depuis près de 50 ans ».

Tahiti Air Charter devient également la première compagnie aérienne française d’hydravion, selon TNTV. « On va pouvoir transporter les passagers d’un point A vers un point B, de Bora Bora vers Maupiti ou Huahine, vers des îles pas forcément accessibles. C’est là où on va être complémentaires avec Air Tahiti par exemple », expliquait Stéphane Rozain, pilote instructeur, en janvier dernier à la chaîne polynésienne. La société, appartenant à l’armateur Degage, envisage également d’effectuer des évacuations sanitaires. Avec ses deux premiers appareils, Tahiti Air Charter espère démarrer ses vols en juin et à terme, se doter de six appareils ; des Cessna 208 Caravan amphibies pouvant transporter 8 passagers.

Le groupe Degage n’est néanmoins pas le seul à vouloir relancer l’hydravion en Polynésie, où les 118 îles ne sont pas toutes dotées d’un aéroport. En effet, en janvier, la société Tahiti Seaplanes recevait une licence du gouvernement polynésien pour exploiter un hydravion d’une capacité de 5 personnes. L’activité de Tahiti Seaplanes pourrait débuter fin 2018, indique encore TNTV. Reste que, pour l’heure, Tahiti Seaplanes et Tahiti Air Charter sont contraintes à la réglementation française « qui exige que toutes les hydro-surfaces soient approuvées individuellement. Une seule de ces surfaces est actuellement approuvée, à la pointe sud de l’île de Moorea (située à 25 min en ferry au Nord-ouest de Tahiti, ndlr), mais plusieurs autres sont en cours d’application ».

Par Jean Faatau

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment