Crise de la Canne: Les députés réunionnais veulent rencontrer le ministre de l’Agriculture

No Comment

©Tonios / Témoignage.re

Le Collectif des député(e)s de La Réunion a adressé ce mercredi 4 juillet un courrier au ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Les sept député(e)s souhaitent notamment rencontrer le ministre au sujet de la crise dans la filière canne-sucre-énergie.

Depuis plus d’un mois maintenant, l’île de La Réunion est le terrain d’un conflit opposant les agriculteurs et planteurs aux industriels de la filière canne-sucre-énergie, notamment Tereos. Point essentiel des revendication: l’augmentation de 6 euros la tonne de canne, une demande des agriculteurs que les industriels jugent impossible à réaliser en raison d’un marché incertain. Or, le conflit dure et la campagne sucrière doit bientôt débuter.

« Au cœur de la crise, la revalorisation du prix de référence de la tonne de canne, payé par les industriels. Se référant à une évaluation précise et actualisée de leurs coûts de production, les planteurs ont démontré la nécessité de revaloriser ce prix à hauteur de 45 euros. Fixé actuellement à 39, 09 euros par tonne de canne, ce prix de référence n’a pas été revalorisé depuis plus de vingt ans », ont indiqué les députés dans leur courrier commun. La ministre des Outre-mer Annick Girardin a également été interpellée sur le sujet. Les député(e)s réunionnais craignent « pour l’ensemble de la filière et aux 18 000 emplois qu’elle représente ».

lettre-deputes

Frédéric Vienne, Président de la FDSEA de La Réunion est actuellement dans la Capitale et devrait rencontrer le ministre de l’Agriculture, selon le site Freedom.fr. Serge Hoareau, élu en charge de l’Agriculture au Département, a annoncé que la collectivité débloquait pour les planteurs une enveloppe supplémentaire, au titre de l’aide à la replantation attribuée aux planteurs de canne pour la porter à 3400 euros l’hectare, puisée sur le fonds européen FEADER dédié à l’aide à la replantation, a révélé le site Zinfos.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment