Wallis et Futuna fête Saint Pierre Chanel

No Comment

C’est une fête traditionnelle religieuse que les Wallisiens et les Futuniens ont l’habitude de commémorer. Mais cette année, celle-ci revêt un caractère particulier car cela fait 175 ans que Saint Pierre Chanel est devenu martyr pour sa foi. Des centaines de pèlerins sont attendus à Futuna et la communauté wallisienne et futunienne de Paris se mobilise également pour l’évènement.

Pierre-Louis-Marie Chanel est le premier martyr de l’Océanie. Il né en 1803 dans l’Ain et sera ordonné prêtre en 1827. En 1831, il entre dans la Société de Marie et se porte volontaire pour une mission en Océanie en 1836. Il arrive à Futuna 10 mois après son départ du Havre et célèbrera sa première messe le 8 décembre 1837. Sur place, les débuts du christianisme, comme partout en Océanie, se heurtent aux traditions des populations locales: anthropophagie, guerres fratricides ou encore, moeurs peu « catholiques ». Le roi Nuiliki, qui héberge Pierre Chanel à son arrivée, est exaspéré de la volonté de conversion du prêtre et de son compagnon. Et alors que le prêtre arrive à convertir le fils du roi, se dernier rassemble alors ses troupes afin de mettre un terme à la mission de Pierre Chanel, ainsi qu’à sa vie. Saint Pierre Chanel meurt alors en martyr, six ans après son arrivée à Futuna. Ironie du sort, l’archipel se convertira peu de temps après le « massacre », y compris les assassins de Saint Pierre Chanel. Aujourd’hui encore, Futuna abrite les reliques du Saint Patron de l’Océanie.

La paroisse Saint Pierre Chanel, à Poi, sur l'île de Futuna. Pendant tous ce week-end, l'île accueillera des centaines de pèlerins venus de tout le Pacifique pour honorer la mémoire du Saint Patron de l'Océanie ©Coralie Cochin / AFP

La paroisse Saint Pierre Chanel, à Poi, sur l’île de Futuna. Pendant tous ce week-end, l’île accueillera des centaines de pèlerins venus de tout le Pacifique pour honorer la mémoire du Saint Patron de l’Océanie ©Coralie Cochin / AFP

La journée de commémoration a débuté aujourd’hui (heure locale) à Wallis et Futuna, plus précisément dans la Basilique de Poi, sanctuaire de Saint Pierre Chanel. Sur place, la messe sera célébrée par le cardinal Soane Patita Paini et prononcée en plusieurs langues: wallisienne, futunienne, en tongien, en français et en anglais. Vanina, une fidèle venue de Nouvelle-Calédonie ne cachait pas sa « grande émotion » tandis que Moa, une habitante de Kolia, un village proche de Poi, confiait, « c’est un immense cadeau que le cardinal et toutes les instances religieuses d4europe et d’Océanie soient avec nous. Nous sommes très heureux ! ». A Wallis et Futuna, tout comme en Polynésie française, la religion a une place prépondérante. Les messes sont des lieux d’influence considérables et les prêtres, de véritables leaders d’opinion. D’ailleurs, si Wallis et Futuna commémore la christianisation de l’archipel en ce 28 avril, les polynésiens, eux, fêtent l’arrivée de l’Evangile tous les 5 mars.

Particularité considérable de cette année, la messe a été suivie par une cérémonie du kava, en présence des deux rois de Futuna. La dernière cérémonie du kava qui a suivi la messe en l’honneur de Saint Pierre Chanel remonte à 2009. A Paris, la communauté wallisienne et futunienne prépare également l’évènement. Dès samedi, la petite communauté se retrouvera à l’Eglise de l’Immaculée Conception du 12ème arrondissement parisien pour une présentation du contexte culturel à l’arrivée des missionnaires sur Futuna. Le lendemain, une messe sera dite, dans la même église, spécialement pour la mémoire de Saint Pierre Chanel et sera suivie d’un repas traditionnel de l’archipel.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment